DOC

ChapitreXPolitesse

By Hazel Thompson,2014-06-01 03:06
15 views 0
ChapitreXPolitesse

    CHAPITRE X

     LA POLITESSE FRANÇAISE

    La politesse regroupe un ensemble de comportements

    sociaux entre individus, visant à exprimer la reconnaissance

    d'autrui, de son droit à être différent et à être traité en tant

    que personne ayant des sentiments.

1. Définition

    La politesse est définie par un code. C‟est un ensemble

    de règles acquises par l'éducation. Elle comporte une double finalité: faciliter les rapports sociaux en permettant à ceux qui en usent d'avoir des échanges respectueux et équilibrés ; faire la démonstration de son éducation et de son savoir-vivre.

    Au cours des siècles, certaines règles de politesse se sont figées alors que d'autres ont évolué. De tout temps,

    des auteurs ont formalisé et rassemblé ces règles dans des traités dits "de civilité" (autrefois) ou "de savoir-vivre" (aujourd'hui). La politesse se traduit dans la vie de tous les jours par l'utilisation de certains termes comme bonjour, au revoir, s'il vous plaît, ou merci, et par des attitudes spécifiques : sourire à

    qui vous parle, adapter sa tenue aux circonstances…

2. Formes de politesse

    On se valorise en étant poli. La politesse se donne à voir par des manifestations verbales (formules consacrées) ou comportementales (gestes et attitudes). Quelques exemples issus de différents traités : ; Dans les transports en commun, on se doit de proposer sa place assise à une personne plus âgée ;

    ; Lorsqu'on croise un aîné sur un trottoir étroit, on lui laisse le passage en quittant le trottoir ; ; Dans les lieux publics, notamment dans la rue, on ne crache pas ;

    ; Le vouvoiement marque la politesse d'un interlocuteur envers une personne inconnue ou plus âgée ; ; Les enfants ne doivent pas interrompre leurs parents lorsqu'ils parlent ;

    ; On ne dérange pas une personne quand elle est en communication téléphonique ;

    ; On doit retenir la porte à la personne qui passe juste derrière soi…

     Ces principes se retrouvent aux fondements de toutes les formes de politesse (celles des grandes cultures, comme celles des micro-cultures). C'est pourquoi cet auteur a divisé les règles de politesse en "règles de surface" (qui changent selon les époques et les cultures) et "règles profondes" qui, elles, sont universelles et intemporelles parce que nécessaires à la vie en communauté.

    Lors de la rédaction d'une correspondance, une formule de politesse est une phrase ajoutée pour marquer

    la déférence vis-à-vis du destinataire. Les formules de politesses s ont plus ou moins convenues et solennelles et se placent en fin de lettre.:

    Je vous prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués…,

    J'ai l'honneur de…,

    En vous remerciant..., etc.

    Lorsqu'on choisit une formule de politesse "traditionnelle" du type "veuillez agréer, Monsieur, l'expression de

    mes salutations distinguées", on doit reprendre la formule d'appel (ici, "Monsieur"), mais cela peut-

    être "très cher Maître", ou "chère Madame".

    On doit choisir la formule de politesse selon la personne à qui l'on s'adresse : seul un supérieur parle de "considération distinguée"; dans une position subordonnée, on enverra ses "salutations respectueuses", voire

    son "profond respect". De plus en plus, on tend à utiliser des formules plus sobres et plus courtes, en particulier dans le cadre de la correspondance par mail, ou bien pour les amis : cordialement, sincèrement, amicalement...

    Attention à ne pas prier de "croire en" (mon meilleur souvenir par exemple), car c'est un acte de foi, mais

    plutôt de "croire à".

    Attention aussi à la grammaire de la phrase: on ne peut pas dire "Dans l'attente de votre réponse, veuillez

     recevoir, Madame, mes sincères salutations", car la personne qui reçoit les salutations n'est pas celle qui

    attend la réponse. Il vaudra mieux écrire "Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de recevoir,

    Madame, mes sincères salutations", car c'est le même sujet (je) qui attend et qui prie de

    recevoir.

3. Codes de politesse spécifiques

    Tous les groupes humains développent leurs propres codes de politesse. Dans certaines micro-cultures, les variations ne portent que sur certaines règles (comme le nombre de bises que l'on doit se faire pour se saluer) ;

    dans d'autres, les variations sont plus importantes : la notion de ? respect ?, par exemple, présente des variations importantes selon les milieux sociaux.

     le train, à table où après le cinéma, les usagers de téléphones mobiles doivent respecter quelques règles de bienséance élémentaire. Comment utiliser un portable avec élégance? Dix suggestions :

    1)Pendant un repas

    Ne jamais déposer son téléphone allumé sur la table: c'est un affront que vous faites aux convives. L'attitude la plus polie consiste à l'éteindre ostensiblement avant le repas. Vous pouvez même joindre la parole au geste et dire ?j'éteins mon appareil?: c'est un signe de considération. Si vous attendez un appel vraiment important, il vaut mieux avertir votre entourage. Quand la sonnerie retentit, vous dites ?excusez-moi? et vous vous retournez avant de répondre. Mieux: vous vous levez et faites en sorte que la conversation téléphonique soit aussi brève que possible. De retour à table, vous dites ?excusez-moi?. C'est le minimum.

2) La sonnerie

    Quand vous sélectionnez la sonnerie de votre portable, évitez à tout prix de choisir les versions électronisées des tubes du classique genre Toccata de Bach, ouverture de Guillaume Tell et autres Carmen. C'est une insulte aux grands compositeurs. Le sommet de la vulgarité est atteint par la musique du film ?Titanic? en version ?orgue Bontempi? remixé par Motorola.

    3) Face à face

    Votre téléphone sonne alors que vous discutez en tête à tête avec quelqu'un. La politesse voudrait que vous rejetiez l'appel, mais cela n'est pas toujours possible. S'il n'y a vraiment aucune autre solution, alors excusez-vous, retournez-vous et répondez en proposant à votre correspondant de le rappeler un peu plus tard. Au cas où la conversation téléphonique se prolonge, éviter de regarder la personne qui attend. Rien n'est plus humiliant que de se retrouver face à quelqu'un qui vous observe en parlant à un autre.

    4) Ça coupe

    Quand vous utilisez votre mobile, essayez toujours de prévenir une éventuelle rupture de réseau: ?Je suis dans le train, si ça coupe je te rappelle plus tard.? Après une interruption inopinée, rappelez, même beaucoup plus tard, en vous excusant.

    5) En sortant du cinéma

    Le film est terminé, des dizaines de spectateurs sortent de la salle et rallument prestement leurs téléphones mobiles. Ne faites pas comme eux: ils ont l'air ridicule. Ils démontrent leur soumission au réseau, leur dépendance téléphonique ainsi qu'un certain mépris envers leurs compagnons. Par politesse envers la personne qui vous a accompagné au cinéma, abstenez-vous d'allumer votre portable en sortant de la salle, ou alors, faites-le discrètement. Quand vous êtes obligé de répondre à un appel, il faut demander „Pardon‟!

    6) Dans les transports publics

    Vous êtes assis, seul, dans un bus ou train. Votre téléphone sonne. Vous pouvez répondre, mais de grâce, ne parlez pas trop fort. Si vous vous trouvez face à quelqu'un qui hurle dans son mobile, montrez-lui que vous l'écoutez et acquiescez à la fin de ses phrases: vous verrez, il finira par baisser la voix.

    7)En marchant

    N'oubliez jamais que votre voix est haletante quand vous téléphonez en marchant. Votre interlocuteur croira que vous êtes ému, que vous sanglotez ou que vous frôlez la crise de nerfs. Dites-lui que vous marchez, vous éviterez ainsi les malentendus.

    8) ?L'abonné mobile ne peut être atteint?

    Ne reprochez jamais, jamais, à un abonné d'avoir éteint son appareil. C'est son droit le plus strict. Laissez un message sur sa boîte vocale et demandez-lui de vous rappeler si nécessaire, mais évitez les messages du style ?Qu'est-ce que tu fous? J'ai essayé de te joindre toute la journée?. C'est impoli.

    9) L'oreillette

    L'oreillette, qui connaît un grand succès auprès des hommes d'affaires, ne dispense pas d'être discret et élégant.

    10) ?T'es où??

    Inévitable lorsqu'on appelle un ami sur son mobile: le ?T'es où?? d'introduction. Préférez la tournure plus polie: ?Est-ce que je te dérange??, qui provoquera souvent le même résultat: ?Non: je suis dans le train/bus/aéroport dans la file pour acheter les billets?. C'est plus poli. Car s'il ne veut pas préciser sa localisation, le correspondant pourra au moins choisir de ne pas répondre.

4. Voici les règles pour dresser le plus accueillant des couverts

    Une table se dresse avant l'arrivée des invités.

    1) Commencez par mettre un molleton sur la table (pour le confort) et recouvrez-le d'une nappe en harmonie avec les assiettes choisies. Vous ne ferez aucune faute de goût en la choisissant blanche ou de couleur, mais dans ce dernier cas, faites attention à l'harmonie des couleurs et à ne pas faire trop de mélange de style et de couleurs (couverts, verres, assiettes, serviettes, ...). Repassez bien les plis, équilibrez les pans tout autour de la table et centrez les motifs de la nappe, s'il y en a. Ensuite, disposez les assiettes en face de chaque chaise, à environ un centimètre du bord de la table. Laissez environ quarante centimètres entre les couverts de chaque invité.

    2) Le couteau doit être placé à droite de l'assiette, la lame tournée vers elle, et la fourchette à gauche, la pointe des dents reposant sur la nappe (à la française) ou pointes tournées vers le haut (à l'ango-saxonne).

    3) Disposer l'assiette à pain à gauche de la grande assiette, à hauteur des dents de la grande fourchette. Placer le couteau à beurre sur l'assiette à pain, son tranchant vers l'extérieur. Si vous servez du poisson, même du saumon fumé, des couverts à poisson sont nécessaire. Ils seront placés de part et d'autre des grands couverts. Si vous servez du potage, la cuillère à soupe doit être posée à droite... car il y a un pourcentage écrasant de droitiers! Les couverts à dessert ne doivent apparaître, en principe qu'au moment où l'on s'en sert.

    4) Placer le verre à eau (le plus grand) en haut de l'assiette au milieu et le verre à vin rouge dit à Bourgogne (verre moyen) à droite du verre à eau. Le verre à vin blanc dit à Bordeaux est facultatif et dépendra surtout du menu que vous servez. Si vous prévoyez de servir du champagne, la coupe ou de préférence la flûte, se placera un peu en retrait des autres verres.

    5) Placer salière, poivrière et dessous de carafe au centre de la table. Les serviettes doivent être assorties à la nappe, en tissu, soit du même service, soit d'une couleur unie, en harmonie. Vous pouvez les présenter pliées dans l'assiette, ou simplement posées à gauche.

    6) Vous pouvez décorer votre table avec des fleurs et des bougies flottantes dans un saladier ou une coupe à punch, ou tout simplement dans leur bougeoir.

Il faut savoir utiliser les couverts sans aucune fausse note.

La cuillère à potage

    S'utilise par le bout, ou par le côté, comme dans les pays anglo-saxons. Ne soufflez pas sur le potage s'il est trop

    chaud, attendez qu'il refroidisse un peu.

    La fourchette

    Se tient de la main droite si vous l'utilisez seule, et de la main gauche avec un couteau. Le couteau

    Se tient toujours de la main droite (sauf si vous êtes gaucher) en appuyant l'index sur le haut de la lame, sans dépasser la virole.

    Un signe qui ne trompe