DOC

COUR DES COMPTES

By Walter Armstrong,2014-08-29 10:37
8 views 0
COUR DES COMPTES

LA GESTION DES CENTRES ET DES LOCAUX DE

RETENTION ADMINISTRATIVE

(exercices 2006 à 2008)

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. I;

    INTRODUCTION………………………………………………………….1

    PARTIE I : LE CADRE DE LA POLITIQUE DE RETENTION .................. 2 I. LES ORIENTATIONS DE LA POLITIQUE DES FLUX MIGRATOIRES ...................................... 2

    II. LE CADRE JURIDIQUE DE LA RÉTENTION DES ÉTRANGERS EN SITUATION IRRÉGULIÈRE

     2

    A. LA PROCÉDURE DE PLACEMENT ET DE MAINTIEN EN RÉTENTION ................................................ 3

    1. La décision de placement en rétention .................................................................................................. 3

    2. La prolongation de la rétention ........................................................................................................... 3

    3. Les voies de recours ............................................................................................................................. 4

    B. L’ENCADREMENT JURIDIQUE DES CENTRES ET LOCAUX DE RÉTENTION ...................................... 4

    1. Les textes règlementant la création des CRA et les LRA ..................................................................... 4

    2. La règlementation commune aux lieux de rétention .............................................................................. 5

    3. Le dispositif de contrôle des lieux de rétention ..................................................................................... 6

    C. LES DISPOSITIONS RÉCENTES EN MATIÈRE DE RÉGLEMENTATION DE LA RÉTENTION ET DE LA

    RECONDUITE ............................................................................................................................. 7

    1. Les lois n? 2006-911 du 24 juillet 2006 et n? 2007-1631 du 20 novembre 2007 relatives

    notamment à l’immigration ......................................................................................................... 7

    2. La directive européenne du 18 juin 2008 .............................................................................................. 8

    3. Le décret du 2008-817 du 22 août 2008 ................................................................................................ 9

    III. LES ADMINISTRATIONS INTERVENANT DANS LE DISPOSITIF DE RETENTION ................ 9

    A. L’ORGANISATION AU NIVEAU CENTRAL : LE RÔLE DU NOUVEAU MINISTÈRE DE LIMMIGRATION

     10

    1. La responsabilité politique du ministère de l’immigration ................................................................... 10 2. Des compétences partagées ................................................................................................................ 10

    3. L’organisation administrative du ministère ......................................................................................... 11 4. L’organisation budgétaire ................................................................................................................... 12

    B. L’ORGANISATION AU PLAN LOCAL ........................................................................................... 14 1. Le rôle primordial du préfet................................................................................................................ 14

    2. L’accroissement du rôle de la police aux frontières (PAF) pour une gestion unifiée des

    CRA ......................................................................................................................................... 15

    PARTIE II : LES CENTRES DE RETENTION ADMINISTRATIVE ........ 16 I. LES DÉPENSES DÉQUIPEMENTS ET DE MISE AUX NORMES ........................................... 16

    A. LE BILAN DU SCHÉMA TRIENNAL 2005-2008 ............................................................................ 19 1. Le nombre de places .......................................................................................................................... 19

    2. La structure et l’évolution des crédits ................................................................................................. 20 3. Le cas particulier des opérations immobilières passées et à venir du CRA de Vincennes ..................... 22 4. L’utilisation de la procédure de ? conception réalisation aménagement entretien

    maintenance ? (Craem) ............................................................................................................. 24

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 2;

     L’ADAPTATION DES ÉQUIPEMENTS AUX NORMES ET AUX BESOINS ........................................... 26 B.

    1. Les normes applicables en matière d’équipement ............................................................................... 26 2. La conformité à la règlementation ...................................................................................................... 26

    3. La taille des centres ............................................................................................................................ 28

    4. Des caractéristiques matérielles souvent mal adaptées pour des séjours de plus longue

    durée ......................................................................................................................................... 29

    5. L’application des normes contre l’incendie ......................................................................................... 31 II. LES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT, DE PERSONNEL, DINTERVENTION ET LA

    GESTION DES CENTRES ............................................................................................... 32 A. LES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT ....................................................................................... 32 1. L’imputation des crédits de fonctionnement ....................................................................................... 32 2. Une organisation budgétaire peu cohérente ......................................................................................... 33

    3. Les caractéristiques et l’évolution des dépenses .................................................................................. 36 4. Les marchés pour les dépenses de fonctionnement.............................................................................. 37

    5. Des crédits de fonctionnement utilisés à d’autres fins ......................................................................... 38 B. LES DÉPENSES ET LA GESTION DU PERSONNEL .......................................................................... 38 1. Les effectifs ....................................................................................................................................... 38

    2. Les dépenses salariales ....................................................................................................................... 41

    3. La formation des personnels ............................................................................................................... 43

    4. La maîtrise des dépenses d’escortes .................................................................................................... 44 C. LES DÉPENSES DINTERVENTION ............................................................................................. 46 1. L’accompagnement sanitaire .............................................................................................................. 46 2. L’accompagnement social et l’assistance juridique ............................................................................. 46 III. LA GESTION DES CENTRES ......................................................................................... 49 A. L’ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CENTRE ...................................................................... 49 1. Le rôle et les outils du chef de centre .................................................................................................. 49

    2. L’association des partenaires à l’activité du centre .............................................................................. 50 3. L’accès aux soins ............................................................................................................................... 50

    B. LA GESTION COURANTE DES RETENUS ...................................................................................... 50 1. Des conditions de fonctionnement d’une conformité parfois discutable............................................... 50

    2. Le problème de l’exercice effectif des droits des retenus en matière d’asile ....................................... 51

    3. Des questions mal résolues ............................................................................................................... 52

    C. LA GESTION DES INCIDENTS ET LES CHAMBRES DISOLEMENT .................................................. 52

    1. Un suivi insuffisant ............................................................................................................................ 52

    2. Des pratiques très diverses et parfois problématiques.......................................................................... 53

    3. La nécessité de règles homogènes ...................................................................................................... 54

    D. LA SITUATION DE CERTAINES CATÉGORIES DE RETENUS........................................................... 54

    1. La place des femmes .......................................................................................................................... 54

    2. La situation des mineurs ..................................................................................................................... 55

    IV. L’ANALYSE DES COÛTS ET DE LUTILISATION DES CRA............................................ 56

    A. LES COÛTS DES CRA ............................................................................................................... 56

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 3;

    1. D’importantes lacunes dans le suivi des coûts..................................................................................... 56 2. Une tentative de consolidation des coûts de la rétention en CRA ........................................................ 56

     LES INDICATEURS DUTILISATION DES CRA ............................................................................. 58 B.

    1. Les taux d’occupation ........................................................................................................................ 58 2. Les durées de la rétention ................................................................................................................... 60

    PARTIE III : LES LOCAUX DE RETENTION ADMINISTRATIVE ........ 61

    I. LA PLACE ET LES CONDITIONS DE CREATION DES LRA ................................................ 61

    A. LES SPÉCIFICITÉS RÈGLEMENTAIRES DES LRA ......................................................................... 61 1. Les conditions de création .................................................................................................................. 61

    2. Les normes d’équipement .................................................................................................................. 61 3. La durée de rétention .......................................................................................................................... 62

    4. La garantie des droits des retenus ....................................................................................................... 62

    5. La place des intervenants extérieurs ................................................................................................... 62

    B. LA CARTE DES LRA ET SON PILOTAGE ..................................................................................... 63 1. L’implantation des LRA ..................................................................................................................... 63 2. Le pilotage de la carte des LRA.......................................................................................................... 63

    3. La réalité des conditions particulières justifiant la création d’un LRA ................................................. 65

    II. LES CARACTÉRISTIQUES ET LE FONCTIONNEMENT DES LRA ..................................... 65

    A. LES CARACTÉRISTIQUES MATÉRIELLES DE LÉQUIPEMENT ........................................................ 65

    1. Des locaux qui ne sont pas toujours conformes aux normes ................................................................ 65

    2. Des caractéristiques souvent peu compatibles avec des durées de rétention pouvant

    excéder 48 heures .................................................................................................................... 67

    B. LES CARACTÉRISTIQUES DE FONCTIONNEMENT DES LOCAUX ................................................... 69

    1. Des méthodes d’une conformité discutable ......................................................................................... 69 2. Des conditions de fonctionnement qui peuvent être ponctuellement problématiques ........................... 69 III. LES QUESTIONS BUDGÉTAIRES .................................................................................. 71 A. LA GESTION BUDGÉTAIRE ........................................................................................................ 71 1. Des données ne reflétant pas la réalité des dépenses de fonctionnement. ............................................ 71 2. Des imputations de dépenses d’accompagnement sanitaire à clarifier.................................................. 71

    B. LES DÉPENSES ET LA GESTION DU PERSONNEL .......................................................................... 72 1. Les inconvénients de la non professionnalisation de la garde des retenus. .......................................... 72 2. L’importance inégale des charges d’escortes et de garde..................................................................... 73

    IV. LE SUIVI DES COUTS ET DE LUTILISATION DES LRA ................................................. 73

    A. UNE TENTATIVE DE CONSOLIDATION DES COÛTS DES LRA VISITÉS ........................................ 73

    B. LES INDICATEURS DUTILISATION DES LRA ............................................................................. 74 1. Les taux d’occupation ........................................................................................................................ 74 2. Les durées de rétention ....................................................................................................................... 75

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 4;

    PARTIE IV : LES CAS PARTICULIERS DE CENTRES ET LOCAUX

    DE RETENTION ADMINISTRATIVE EN OUTRE-MER ................. 77

    I. LE DISPOSITIF DE RETENTION ADMINISTRATIVE À MAYOTTE ...................................... 77

    A. LES CARACTÉRISTIQUES PARTICULIÈRES DE MAYOTTE ............................................................ 77

    B. UNE LÉGISLATION DEXCEPTION ............................................................................................. 77 C. LE CENTRE DE RÉTENTION ADMINISTRATIVE DE PAMANTZI ................................................... 78

    1. L’organisation du centre ..................................................................................................................... 78 2. Une régularisation juridique du LRA puis du CRA très tardive ........................................................... 78 3. Les actions d’information, de soutien moral et l’exercice des droits des retenus ne sont pas

    dispensés ................................................................................................................................. 79

    4. Le règlement intérieur du CRA n’est pas appliqué pleinement ............................................................ 79

    5. Des conditions matérielles dégradantes qui n’ont jamais fait l’objet d’un arrêté ministériel

    pourtant prévu ........................................................................................................................... 80

    6. Un taux d’occupation irrégulier mais souvent en très net dépassement ................................................ 82

    7. Des projets immobiliers d’extension ou de création plusieurs fois annoncés ....................................... 82

    D. UN NOMBRE ÉLEVÉ DE RECONDUITES EFFECTIVES ................................................................... 83 II. LE DISPOSITIF DE RÉTENTION ADMINISTRATIVE EN GUYANE ..................................... 84

    A. LES CARACTÉRISTIQUES PARTICULIÈRES DE LA GUYANE ......................................................... 84

    B. LES SPÉCIFICITÉS JURIDIQUES .................................................................................................. 84 C. LE CRA DE CAYENNE ROCHAMBEAU ..................................................................................... 85 1. Les caractéristique du centre et de son fonctionnement ....................................................................... 85

    2. L’organisation administrative et les moyens ....................................................................................... 87 3. L’organisation budgétaire et l’évolution des crédits ............................................................................ 88 4. Les données sur l’activité du CRA ..................................................................................................... 89 D. LE LRA DE SAINT GEORGES DE L'OYAPOCK ............................................................................ 91 1. Les locaux et le budget ....................................................................................................................... 91

    2. L’utilisation du LRA et la reconduite ................................................................................................. 92 E. LE DISPOSITIF DANS LOUEST GUYANAIS .................................................................................. 92 1. Les caractéristiques du dispositif et de la procédure suivie .................................................................. 93

    2. L’absence d’un LRA .......................................................................................................................... 93 F. LE BILAN : LA QUESTION DES IMPLANTATIONS IMMOBILIÈRES .................................................. 94

    PARTIE V : L’ÉVALUATION DE LA POLITIQUE DE RETENTION .... 95

    I. LE BILAN CHIFFRÉ DE LA POLITIQUE DE RETENTION ET DE RECONDUITE À LA

    FRONTIÉRE ................................................................................................................. 95 A. LES OBJECTIFS CHIFFRÉS ET LES RÉSULTATS GLOBAUX EN MATIÈRE DE RECONDUITE............... 95

    B. UN NOMBRE DINTERPELLATIONS EN FORTE HAUSSE................................................................ 96

    1. L’évolution globale ............................................................................................................................ 96

    2. La part des différents services interpellateurs...................................................................................... 96

    C. DES MESURES ADMINISTRATIVES PRONONCÉES PLUS NOMBREUSES MAIS DE MOINS EN MOINS

    EXÉCUTÉES ............................................................................................................................. 97

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 5;

    1. L’analyse globale ............................................................................................................................... 97

    2. L’analyse par catégorie de mesures .................................................................................................... 98 3. L’analyse par nationalités ................................................................................................................... 99

     LES RÉSULTATS DE LA POLITIQUE DE RÉTENTION ................................................................... 100 D.

    1. L’évolution du nombre de retenus .................................................................................................... 100 2. La reconduction à la frontière représente moins de la moitié des cas à la sortie des CRA .................. 100 E. SYNTHÈSE SUR LA POLITIQUE DE RÉTENTION ET DE RECONDUITE ........................................... 103

    II. L’EFFICACITÉ DU DISPOSITIF DE RÉTENTION ........................................................... 104

    A. LES CAUSES DÉCHEC À LÉLOIGNEMENT ............................................................................... 104 1. Les raisons directes du non-éloignement .......................................................................................... 104

    2. L’annulation des procédures ............................................................................................................. 105 3. Les laissez-passer consulaires........................................................................................................... 106

    4. La problématique de la durée de rétention ........................................................................................ 109

    B. LES DISPOSITIFS DAIDES AU RETOUR ..................................................................................... 110 1. Des dispositifs complémentaires, aux bénéficiaires et modalités différents ....................................... 110 2. L’appréciation de ces dispositifs par rapport à la rétention .............................................................. 111 C. LES CARACTÉRISTIQUES DES PERSONNES RETENUES .............................................................. 112

    1. La sélection des étrangers à l’entrée des lieux de rétention ................................................................ 112 2. Le cas particulier des sortants de prison ............................................................................................ 113

    D. LIMPLANTATION ET LE FORMAT DE LIEUX DE RÉTENTION.................................................... 114

    1. Le bilan global ................................................................................................................................. 114

    2. La question du format des CRA ....................................................................................................... 116

    3. Le maillage territorial et la place des LRA........................................................................................ 116

    4. Les LRA temporaires ....................................................................................................................... 117

    E. LA PROBLÉMATIQUE PARTICULIERE DU CRA DE COQUELLES ............................................... 118

    F. LA NÉCESSAIRE PROFESSIONNALISATION ............................................................................... 120 1. L’amélioration des outils de gestion ................................................................................................. 120 2. La professionnalisation des personnels ............................................................................................. 121

    annexe 1 - L’échantillon des CRA et LRA

    visités……….…………………………..…….119

    annexe 2 - Les tableaux du rapport ..…….…………………………………………….…121

    annexe 3 - Les personnes rencontrées...….…………………………………………..…..128

    annexe 4 - Quelques éléments sur les politiques de rétention

    dans divers pays européens…………………………………………………133

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 1;

    Introduction

    En application du 2? de l’article 58 de la de la loi organique relative aux lois de erfinances du 1 août 2001, la Cour a réalisé, sur la demande de la commission des finances du Sénat, une enquête sur la gestion des centres de rétention administrative. En accord avec le représentant du Sénat, il a été décidé d’inclure dans son champ les locaux de rétention administrative et la place de la rétention dans l’éloignement à la frontière.

    La Cour a fait ces dernières années deux publications concernant directement ou incidemment le présent contrôle : un rapport public thématique de novembre 2004 sur ? l’accueil des immigrants et l’intégration des populations issues de l’immigration ? et une

    insertion dans le rapport public de février 2007 sur ? la rétention des étrangers en situation irrégulière ?.

    Pour procéder à ce contrôle, la Cour a sélectionné un échantillon de onze centres de 1rétention administrative (CRA) et cinq locaux de rétention (LRA). Les centres de rétention

    administrative visités représentent au 31 décembre 2008 une capacité de 792 places, soit légèrement moins de la moitié du nombre total de places dans les différents CRA.

    Les critères retenus pour définir l’échantillon visent à présenter un éventail le plus représentatif, sur le plan des services gestionnaires (police aux frontières, sécurité publique, préfecture de Police de Paris, gendarmerie nationale), géographique (région parisienne, province, outre-mer), de la taille des centres (de 24 à 136 places) et des locaux (de 2 à 22 places), et de certains particularismes (nouvelle infrastructure immobilière : Marseille, expérimentation : Lyon, environnement Schengen : Coquelles).

    Outre l’examen des pièces comptables et l’envoi des questionnaires aux principales administrations et organismes concernés, plusieurs entretiens ont eu lieu avec leurs principaux représentants. Chaque centre et local de rétention administrative retenu dans l’échantillon a été visité par la Cour, de la fin décembre 2008 au début du mois de mars 2009. Dans chaque cas, trois questionnaires spécifiques ont été adressés à la préfecture, au service de police ou de gendarmerie en charge de la garde et au chef du CRA ou LRA. Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, M. Jean-Marie Delarue, a de son côté transmis à la Cour les rapports des visites que son administration a effectuées. La liste des personnes rencontrées est jointe en annexe 3.

    La plupart des observations correspondent à des constatations faites et vérifiées sur pièces et sur place par la Cour. Lorsque certaines d’entre elles ont pour origine des sources

    extérieures (contrôleur général, Cimade, par exemple), il en est fait mention. L’ensemble du rapport a été communiqué aux ministères et aux préfets concernés, dont les remarques en réponse ont été prises en compte.

    Outre le cadre de la politique de rétention et l’analyse de la situation des centres et locaux de rétention administrative, le rapport fait un point spécifique sur la situation des centres et lieux de rétention des deux régions d’outre-mer les plus concernées par

    l’immigration irrégulière, Mayotte et la Guyane. Il donne enfin quelques éléments

    d’évaluation sur le dispositif de rétention.

     1 ) Cf. annexe 1.

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 2;

    PARTIE I : LE CADRE DE LA POLITIQUE DE RETENTION

    Les centres et les locaux de rétention administrative (CRA et LRA) sont utilisés pour retenir les étrangers en situation présumée irrégulière avant leur éventuel éloignement du territoire national. Fin 2008, il y avait 22 centres de rétention administrative en métropole et 4 outre-mer. S’y ajoutaient, 50 locaux permanents de rétention administrative en métropole et 6 outre-mer.

    Outre l’évolution du cadre juridique, la politique récente menée en matière de rétention a été marquée par la création du ministère de l’immigration et la volonté de faire du retour dans leurs pays d’origine des étrangers en situation irrégulière une action

    prioritaire.

    I. LES ORIENTATIONS DE LA POLITIQUE DES FLUX MIGRATOIRES

    Celles-ci méritent d’être brièvement rappelées, car elles constituent le cadre pour apprécier la gestion des lieux de rétention.

    La volonté de mener une politique intensive de reconduite à la frontière a été marquée par la décision prise en 2003 de doubler dès l’année suivante le nombre d’étrangers éloignés (de 10 000 à 20 000) et par la loi, votée la même année, de réformer le système de rétention et d’en accroître la durée maximale.

    Depuis ces changements, la politique des flux migratoires repose sur les orientations suivantes, confirmées au fil des ans :

    - la maîtrise des flux migratoires, sur la base d’un objectif chiffré d’éloignement

    des étrangers en situation irrégulière (25 000 pour l’année de 2006 à 2008) et la priorité

    donnée à une immigration choisie tenant compte notamment des besoins de l’économie dans le respect des droits en vigueur, en particulier en matière d’asile ;

    - l’encouragement au co-développement, notamment en permettant aux migrants

    d’agir en faveur de leur pays d’origine et en tenant mieux compte de la maîtrise de l’émigration dans les politiques de coopération et de développement ;

    - l’action pour favoriser l’intégration, en particulier par la maîtrise de la langue et le

    respect les principes républicains, et un meilleur accès au logement, à l’éducation, à la formation et au travail.

    II. LE CADRE JURIDIQUE DE LA RETENTION DES ETRANGERS EN

    SITUATION IRREGULIERE

    La rétention administrative se définit comme la possibilité donnée à l'administration de maintenir, pour une durée limitée par la loi, les étrangers qui font l'objet d'une procédure d'éloignement ou d'une interdiction du territoire français et qui ne peuvent le quitter immédiatement.

    Elle constitue une mesure privative de liberté, mais se distingue de la détention, notamment par la libre circulation à l’intérieur du centre ou du local de rétention et le libre accès à plusieurs services (sanitaires, téléphones, équipements de loisirs). Elle est encadrée par des règles juridiques précises qui définissent notamment les moyens matériels mis à la disposition des personnes retenues.

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

COUR DES COMPTES - juin 2009 P. 3;

    A. LA PROCEDURE DE PLACEMENT ET DE MAINTIEN EN RETENTION

    1. La décision de placement en rétention

    Jusqu’en 1980, la loi ne permettait pas d’exécuter par la force une mesure d’éloignement.

    Les lois n? 80-9 du 10 janvier 1980 relative à la prévention de l'immigration clandestine, portant modification de l'ordonnance n? 45-2658 du 2 novembre 1945 relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France, et n?81-82 du 2 février 1981 renforçant la sécurité et protégeant la liberté des personnes vont transformer la réglementation pour permettre, d’une part l’exécution d’une mesure d’éloignement et d’autre part, la privation de liberté de l’étranger sur décision administrative.

    Les dispositions des procédures de reconduite et de rétention sont récapitulées dans le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (Ceseda), créé par l'ordonnance n? 2004-1248 du 24 novembre 2004.

    Celui-ci répertorie au livre V les mesures administratives d’éloignement. Outre la

    nouvelle obligation de quitter le territoire français (cf. infra), il s’agit des arrêtés de reconduite à la frontière, des arrêtés d'expulsion en cas de trouble à l’ordre public, des

    réadmissions Schengen (article L. 531-1 pour un étranger en situation irrégulière provenant d’un autre état membre) et Dublin (étranger en situation irrégulière ayant demandé l’asile dans un autre état membre) et de l’interdiction du territoire français en cas de crime et délit.

    Le titre V du livre V du Ceseda fixe les règles et procédures de rétention. Le préfet peut, par décision écrite et motivée, décider de maintenir, dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire, l'étranger faisant l’objet d’une de ces mesures et qui n’a pas quitté le territoire français ou n'a pas déféré à la mesure dans un délai de sept jours au terme du précédent placement. Cette décision est prise par le préfet après l’interpellation de l'étranger, et le plus souvent, à l'expiration de sa garde à vue, en générale limitée à 24 heures maximum.

    Le procureur de la République doit être informé immédiatement de chaque décision de maintien. Pour tout étranger retenu, le préfet doit tenir à la disposition des personnes qui en font la demande les informations relatives aux dates et heures du, début du maintien en

    rétention et au lieu exact de cette dernière. L'étranger doit être immédiatement informé de ses droits, le cas échéant par l'intermédiaire d'un interprète.

    2. La prolongation de la rétention

    Le maintien ne peut être observé que "pendant le temps strictement nécessaire à son départ". Au-delà de 48 heures, si la rétention n'a pas pris fin, le juge des libertés et de la détention (JLD) est obligatoirement saisi par le préfet afin de décider ou non la prolongation du placement.

    Après audition de l’étranger, en présence de son conseil - s’il en a un - et d’un

    représentant de l’Etat - si celui-ci est présent - le juge peut décider par ordonnance de prolonger la rétention de 15 jours. Le juge peut remettre le retenu en liberté s’il constate certaines irrégularités de procédure mais il ne peut apprécier la légalité de la mesure d’éloignement elle-même et ne peut donc se fonder sur son illégalité pour décider la remise

    Communication adressée à la commission des finances du Sénat

    En application de l’article 58. 2 de la LOLF

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com