DOC

CONSTITUTIONAL LAW Prof

By Wanda Robertson,2014-08-29 10:20
16 views 0
CONSTITUTIONAL LAW Prof

    OBLIGATIONS DROIT CIVIL AVANCÉ: RÉSUMÉ

    Prof. Jobin : Hiver 2008

    Dorian Needham

    TABLE DES MATIÈRES

    Partie 1. Un Code civil .......................................................................................................................................................... 2 A. Qu‟est-ce qu‟un code civil ........................................................................................................................................... 2 Portalis, ? Discours préliminaire ? ................................................................................................................ 3 Tunc, ? Methodology of the Civil Law in France ? .......................................................................................... 3 B. Le Code civil du Québec ............................................................................................................................................. 4 Partie 2. Protection des droits des créanciers : Action en inopposabilité ...................................................................................... 5 Duchesne c. Labbé, [1973] C.A. 1002 ............................................................................................................ 7 Partie 3. Régime des obligations ............................................................................................................................................ 8 A. Modalités des obligations ............................................................................................................................................ 8 1. Obligations conditionnelles.................................................................................................................................... 8 Central Guaranty Trust Co. c. Lefebvre-Gervais, [1992] R.J.Q. 2264 (CS) .................................................... 10 2. Obligations à terme ........................................................................................................................................... 11 Scénario : Happier World Foundation ........................................................................................................... 12 3. Obligations conjointes ........................................................................................................................................ 12 4. Obligations solidaires (solidarité passive).............................................................................................................. 12 Bilodeau c. Bergeron et al., [1975] 2 R.C.S. 345 .......................................................................................... 15 Prévost-Masson c. Trust Général du Canada, 2001 CSC 87 ........................................................................... 16 B. Transmission et mutation des obligations ................................................................................................................... 16 1. Cession de créance ............................................................................................................................................ 16 2. Subrogation ...................................................................................................................................................... 18 Scénario : Fournitex ..................................................................................................................................... 20 Scénario : The Leaking Pool ......................................................................................................................... 21 3. Novation .......................................................................................................................................................... 21 4. Délégation ........................................................................................................................................................ 22 Scénario : Île des Sœurs .............................................................................................................................. 23 Scénario : Walls & Walls .............................................................................................................................. 23 C. Prescription extinctive .............................................................................................................................................. 24 Gauthier c. Beaumont, [1998] 2 R.C.S. 3...................................................................................................... 26 Partie 4. Sources des obligations en équité : Enrichissement injustifié ...................................................................................... 27 Lussier c. Pigeon, [2002] R.J.Q. 359 (CA) .................................................................................................... 28 B. (M.) c. L. (L.), [2003] R.D.F. 539 (CA) ..................................................................................................... 29 Partie 5. Sources des obligations : Le contrat ........................................................................................................................ 29 A. Abus de droit : Un instrument souple, non sans limites ................................................................................................ 29 Thalasso PDG inc. c. Laboratoires Æterna inc., REJB 1997-01240 (CS) ........................................................ 30 Banque de Hongkong du Canada c. Bert Friedman Enterprises Ltd., [1996] R.J.Q. 2427 (CA) ..................... 30 Banque Nationale du Canada c. Gignac, J.E. 93-130 (CA)............................................................................. 31 Subaru Auto Canada c. Caravane et auto du Cap, J.E. 96-754 (CA) .............................................................. 31 B. Équité : Un long chemin ........................................................................................................................................... 32 Jobin, “L’équité en droit des contrats ? ....................................................................................................... 33 Québec (P.G.) c. Kabakian-Kechichian, [2000] R.J.Q. 1739 (CA) ................................................................. 35 Légaré c. Morin-Légaré, [2002] R.J.Q. 2237 (CA) : RT 341-48 ..................................................................... 35 C. Obligations implicites : Un édifice menacé .................................................................................................................. 36 Poulin c. Commission scolaire des Premières Seigneuries, REJB 2000-19775 (CQ) ..................................... 38 Rémy, ? La ‘responsabilité contractuelle’ : histoire d’un faux concept ? ..................................................... 38 D. Droit de la Charte et droit du contrat : Le choc de deux cultures ................................................................................... 38 Syndicat Northcrest c. Amselem, [2004] 2 R.C.S. 551 .................................................................................. 40 Jobin, ? L’application de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne aux contrats ?............ 41 E. Spécificité des recours contractuels de droit civil : Fais ce que dois ................................................................................ 42 Partie 6. Sources des obligations : Les obligations extracontractuelles ...................................................................................... 42 Partie 7. Relations entre les obligations contractuelles et extracontractuelles............................................................................. 43 A. Comparaison des deux systèmes ............................................................................................................................... 43 1. Différences ....................................................................................................................................................... 43 2. Difficultés avec la mise en œuvre ........................................................................................................................ 43 3. Controverse : La responsabilité extracontractuelle existera-t-elle? ........................................................................... 44 Rémy, ? La ‘responsabilité contractuelle’ : histoire d’un faux concept ? ..................................................... 44 B. Responsabilité d‟une partie vis-à-vis les tiers et stipulation pour autrui .......................................................................... 45 Boucher c. Drouin, [1959] B.R. 814 ............................................................................................................. 46 Boucher c. Drouin, [1959] B.R. 814 ............................................................................................................. 48 Banque de Montréal c. Bail Ltée, [1992] 2 R.C.S. 554 .................................................................................. 48 Alliance Assurance c. Dominion Electric Protection, [1970] R.C.S. 168 ........................................................ 49 Garnet Retallack & Sons c. Hall & Henshaw, [1990] R.R.A. 303 (CA) ........................................................... 50 Construction J.R.L. c. La Royale du Canada, [1988] R.R.A. 217 (CA) ............................................................ 50 Stern c. Rutman, [1990] R.R.A. 235 (CA) ..................................................................................................... 51 C. Responsabilité d‟un tiers vis-à-vis une partie ............................................................................................................... 51 Dostie c. Sabourin, REJB 2000-17136 (CA) .................................................................................................. 51 Partie 8. Autonomie c. harmonisation du droit des obligations ................................................................................................. 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    Partie 1. Un Code civil

    A. Qu’est-ce qu’un code civil

    RT 389-404 ; Un des caractéristiques distinctives des systèmes civilistes mais certaines sociétés de common law (par ex. la Californie) en ont un aussi ; Un document législatif qui prétend comprendre toute la société ; Trois grandes domaines (toujours les mêmes) o Les personnes : droits fondamentaux, capacité, etc. o Les biens : succession, patrimoine, hypothèques, créances o Les relations entre les personnes : famille, mariage (pas le divorce au QC à cause de la répartition des compétences), obligations Le livre V du CCQ : Des obligations ; Titre 1 : Des obligations en général o Qu‟est-ce qu‟une obligation? o Certaines autres sources d‟obligations o Les modalités des obligations o L‟exécution des obligations o La transmission et la mutation des obligations o L‟extinction des obligations o La restitution ; Titre 2 : Des contrats nommés ; Des sujets très particuliers (mères porteuses, don des parties du corps, etc.) sont traités d‟ailleurs ; Le CCQ porte aussi sur les droits fondamentaux (et donc complémente la Charte québécoise) : arts. 1-3, repris aux arts. 35 et suiv. Les aspects d‟un Code civil ; Le Code comme quasi-constitution o Porte sur l‟application du droit à certaines personnes (ce qui apparaît normalement aux constitutions), reflétant des choix politiques o Particulièrement aux autres pays ; France ; L‟application du droit reflète ses origines : le Roi avait centralisé le pouvoir, mais il restait des différences en droit civil entre le Nord et le Sud ? le Code dit qu‟il s‟applique à tout le pays ; L‟unification de la France par le droit privé ; Le Code s‟applique à tous ceux qui habitent le territoire français (volonté du législateur de régir même les étrangers qui s‟y trouve); les étrangers qui sont propriétaires des immeubles en territoire français sont aussi assujettis au droit français quant à l‟immeuble ; Suisse : le Code civil (au lieu de la Constitution) inclut la répartition des pouvoirs entre le gouvernement centrale et les gouvernements cantonaux ; Les sources du droit o Jurisprudence : décisions aux cas particuliers o Coutume ; Peut être reconnu par un tribunal; un règle de droit qui est reconnu par la société comme appliquant pas seulement à un cas particulier mais en général ; Par ex. le terrain inférieur doit recevoir l‟eau qui coule du terrain supérieur ; Cf. les principes généraux du droit, qui sont plus généraux o Doctrine o Aux endroits particuliers ; QC : les sources sont décrites à la disposition préliminaire (pas numérotée) ; Louisiane : on commence par nommer les sources du droit (législation et coutume coutume est reconnu explicitement comme source de droit); on ne mentionne pas la jurisprudence (omission volontaire, car on voulait protéger la pureté du droit civil face à l‟invasion du common law – une impérative politique) ; Suisse : on va reconnaître aussi la coutume comme source de droit; l‟équité aussi ; France : le Coutume de Paris est reconnu aux documents, mais était (il y a plusieurs années) seulement un coutume comme tout autre ; Les pouvoirs et les devoirs du juge o Un devoir de décider, même si la loi est insuffisante ou inexistante o France ; Ancien régime : Cour de cassation qui rendait des décisions spécifiques et aussi de temps en temps des ? arrêts de règlement ? qui avaient une portée législative; on voulait mettre fin à cette pratique ; Aujourd‟hui, les arrêts de la Cour de cassation ont encore un pouvoir considérable, mais les décisions ne visent que les parties ; Code civil insiste que le juge ne peut pas rendre des décisions de nature générale; il ne peut que régler le problème lui présenté par les parties devant lui o Suisse

    Page 2 de 52

Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

; Là où ni la loi ni la coutume s‟applique, la décision du juge a de force législative – la contraire de la mentalité française ; Là où la loi lui donne de la discrétion, le juge peut appliquer l‟équité (alors, l‟équité comme source de droit) o Louisiane ; Là où ni la loi ni la coutume s‟applique, le juge doit appliquer l‟équité ; Arts 9 et suiv. : règles sur l‟application des lois Implications ; Code civil est construit de manière logique, allant du général au spécifique ; Présomption de cohérence o En dépit de l‟ordre dans lequel il est construit o Un terme utilisé à quelque part aura le même sens à autre part ; Par ex. quand on a créé l‟institution de l‟union civile au QC, on a dû ajuster plusieurs références à ? époux ? dans le CCQ ; Par ex. là où un débiteur essaie de cacher ses biens, l‟acheteur de ces biens est coupable s‟il est ? réputé ? de mauvaise foi, le mot ? réputé ? étant reproduit du CCBC; ? réputé ? est défini ailleurs; la Cour d‟appel est (rarement) intervenu pour indiquer dans un arrêt que le législateur s‟y est trompé, voulant au lieu employer ? présumé ?; on a alors gardé la pureté de l‟usage des termes ; Caractère complémentaire o Complémentarité dans tous les 9 livres du CCQ (par ex. le droit de la famille complémente le droit des contrats) o Certains passages dérogent du droit général : par ex. le mariage putatif (CCQ 380 et suiv.) ; Il se peut qu‟un mariage puisse être annulé – mais qu‟est-ce que l‟on fait de tout le patrimoine, des enfants? ; Suivant les règles normales de la nullité des contrats, on restaurerait tout le monde à sa position avant que le contrat soit achevé ; Alors on permet le mariage putatif pour protéger ces intérêts Portalis, ? Discours préliminaire ? : RT 395-397 ; ? le grand art est de tout simplifier en prévoyant tout ? ; Il faut un certain nombre de lois pour faire face à tout ; Le législateur doit donc pratiquer l‟art de légiférer pour une multitude de cas particuliers sans pouvoir prévoir tout, au même temps qu‟il doit éviter de trop simplifier les lois pour laisser les citoyens sans loi ; ? les lois positives ne sauraient jamais entièrement remplacer l‟usage de la raison naturelle dans les affaires de la vie ? ; ? Car les lois, une fois rédigées, demeurent telles qu‟elles ont été écrites. Les hommes, au contraire, ne se reposent jamais. ? ; C‟est aux juges ? pénétrés de l‟esprit général des lois, à en diriger l‟application ? ; ? La science du législateur consiste à trouver dans chaque matière, les principes les plus favorables au bien commun : la science du magistrat est de mettre ces principes en action ? Tunc, ? Methodology of the Civil Law in France ? : RT 397-404 ; Portalis: French conception of the law rests on 3 principles o Code should be complete in its field compromised by legislative amendments o Code should be drafted in relatively general principles rather than in detailed rules raises need for judges (logical construction) o Code should fit together logically as a coherent whole, based on experience (complementarity; coherence) ; The Code and the legislator (France) o When finished, Code was nearly complete in field it intended to cover (droit civil) o With time, legislature amended it and passed separate statutes (leading role: Division of Civil Affairs and of the Seal within the Ministry of Justice) o Command of Code over droit civil is increasingly incomplete as more statutes are passed o Statutes are different: not as general as codal provisions; often short-lived; progressive rather than conservative o 1958 Constitution addressed these developments by specifically reserving certain subjects for regulations/statutes rather than for the Code should accelerate legislator‟s work, but also creates inefficient duality of provisions o Last 25 years: promulgation of many specialised codes o Private publishers have addressed the now-disparate collection of laws by publishing collections ; The Code and the judge (France) o (Quotation from Portalis) o Typical French judge spends whole professional life on the bench o Portalis‟ conception of judicial decisions (and judges have largely fulfilled these ambitions) ; Clarify meaning of the rules in particular circumstance submitted to the judge ; Clarify what is obscure in the law and fill its gaps ; Adjust law to evolution of society and (as much as possible) provide against inadequacy of law faced with contemporary problems o Portalis saw that judicial decisions should not be isolated but rather collected into jurisprudence; jurisprudence grows daily in depth o Jurisprudence isn‟t “constant”, but rather precedent is indeed followed o Courts have sometimes been astonishingly bold (e.g., development of liability for damage caused by things) but this judge-made law is exceptional o French judgments are anonymous, short, abstract, and without explanation; and there are too many issued each year (forgetting that supreme courts are to adjust the law, not try every case) ; The Code and the doctrine

Page 3 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    o Code drafters knew that law is to be founded on experience but should also be logical and coherent, because it is a source of law (judge does not merely apply articles, but often proceeds by induction based on a number of articles; legal doctrine is thus important) th c. as doctrine about it was o Code was inspired by doctrinal writings, but was absolute law during first half of 19reduced to exegesis tho Late 19 c.: larger role for doctrine (Saleilles: “Through the Civil Code, but beyond the Civil Code”) o Today: large and recognised role for doctrine; doctrine as clarifying and also as guiding for the courts o “It is now clear that doctrine must drink from all sources” o Relationship between judges and authors is not as fruitful as possible because judges have too many cases and issue unenlightening judgments, which does not facilitate contribution of writers

    B. Le Code civil du Québec

    BJV 10-18

    Disposition préliminaire. Le Code civil du Québec régit, en harmonie avec la Charte des droits et libertés de la personne et les principes généraux du droit, les personnes, les rapports entre les personnes, ainsi que les biens. Le code est constitué d'un ensemble de règles qui, en toutes matières auxquelles se rapportent la lettre, l'esprit ou l'objet de ses dispositions, établit, en termes exprès ou de façon implicite, le droit commun. En ces matières, il constitue le fondement des autres lois qui peuvent elles-mêmes ajouter au code ou y déroger.

     ; Harmonise le CCQ avec les différentes sources du droit présentes au QC ; On peut faire un lien avec le CC de la Louisiane, qui se base sur l‟équité ; Ici, la disposition préliminaire permet au juge de puiser dans les valeurs québécoises ; Par ex. le principe de l‟enrichissement injustifié n‟existait pas dans le CCBC, alors les juges l‟a créé; le CCQ leur donne officiellement une telle liberté de créer La réforme du Code civil ; CCBC adopté 1866 ; Historique du CCQ et sources d‟interprétation o Continuité historique avec le CCBC o On a créé l‟Office de révision du Code civil pour repenser tout le droit québécois ; On a impliqué tout niveau de la société avec une vaste consultation ; Son Projet de Code civil du Québec, proposé au gouvernement, est la première source directe à laquelle on devrait se référer où possible o Législateur québécois a réagi lentement, préférant une réforme ? par tranches ? (par ex. en 1980 on a adopté un seul livre, sur la famille), et la théorie générale des obligations n‟était pas une de ses priorités o 1987 : premier avant-projet de loi sur les obligations a mené aux commentaires des individus et des organismes qui aident à l‟interprétation et retracent l‟évolution de la pensée juridique o 1990 : Projet de loi 125 (réforme du Code civil dans son entier) déposé à l‟Assemblée nationale o 1991 : gouvernement prépare une ébauche de commentaires sur les dispositions du projet de loi; pas une véritable source d‟interprétation (provisoire), mais intérêt historique o 1991 : milieu juridique québécois prépare ses critiques et ses observations, menant aux modifications o 18 décembre 1991 : adoption finale par l‟Assemblée nationale o Puis le Ministère de la Justice prépare ses commentaires : grande utilité à l’interprète; source externe qui ne saurait lier les tribunaux ; Triple politique : consolidation et continuité avec le passé; adaptation au contexte moderne actuel; innovation dans certains domaines précis o Continuité ; Le CCQ n‟est pas entièrement nouveau : la grande majorité des règles existait d‟une façon dans le CCBC ou dans le Projet de loi ; Trait dominant : stabilité quant au fond; CCBC pas abrogé mais remplacé ; Continuité et filiation des règles de la théorie générale des obligations, qui assure la permanence de nombreuses sources jurisprudentielles et doctrinales o Adaptation des règles à la réalité moderne : la nouvelle moralité contractuelle (Jobin : préfère ? le renforcement de la mentalité contractuelle ?) ; On a fait certaines innovations (Jobin : elles sont insuffisantes) ; Théorie générale des obligations est relativement conservatrice, mais on a sans doute inclus au CCQ une nouvelle moralité contractuelle ; Grande influence du droit de la consommation ; Législateur à donné aux tribunaux un plus large pouvoir de contrôle sur l’équité contractuelle (cf. le CCBC, où la volonté des parties était suprême) ; CCQ suit une philosophie plus respectueuse de l’équité contractuelle ; Interprétation des contrats : le formalisme ne saurait l‟emporter sur la véritable intention des parties; application particulière de la bonne foi et de l‟équité ; Exécution des obligations contractuelles : élargissement du droit à la réduction des obligations; installation des mécanismes des préavis et de contrôle par le tribunal; extension de la protection des tiers ; Interventions du législateur pour instaurer une meilleure moralité ; Le contrat est rendu un peu plus fragile, mais la stabilité des contrats reste importante malgré une période transitoire ; Omissions : lésion entre majeurs; imprévision

    Page 4 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    o Innovations : nouvelles institutions (crédit barré; arbitrage; fiducie; hypothèque mobilière avec un système d‟enregistrement) ; Forme et style o On a mis l‟accent sur l‟aspect didactique, reprenant la tradition de définir tout o Modernisation du style et du vocabulaire des nouveaux articles mais on a changé certains termes sans justification o Malheureuse création de polysémie et d‟ambiguïté en quelques circonstances

    Partie 2. Protection des droits des créanciers : Action en

    inopposabilité

    BJV 726-754

    Livre V (Des obligations) Titre 1 (Des obligations en général) Chapitre 6 (De l'exécution de l'obligation) Section III (De la protection du droit à l'exécution de l'obligation) ? 3 (De l'action en inopposabilité) ; 1631. Le créancier, s'il en subit un préjudice, peut faire déclarer inopposable à son égard l'acte juridique que fait son débiteur en fraude de ses droits, notamment l'acte par lequel il se rend ou cherche à se rendre insolvable ou accorde, alors qu'il est insolvable, une préférence à un autre créancier. ; 1632. Un contrat à titre onéreux ou un paiement fait en exécution d'un tel contrat est réputé fait avec l'intention de frauder si le cocontractant ou le créancier connaissait l'insolvabilité du débiteur ou le fait que celui-ci, par cet acte, se rendait ou cherchait à se rendre insolvable. ; 1633. Un contrat à titre gratuit ou un paiement fait en exécution d'un tel contrat est réputé fait avec l'intention de frauder, même si le cocontractant ou le créancier ignorait ces faits, dès lors que le débiteur est insolvable ou le devient au moment où le contrat est conclu ou le paiement effectué. ; 1634. (1) La créance doit être certaine au moment où l'action est intentée; elle doit aussi être liquide et exigible au moment du jugement sur l'action. (2) La créance doit être antérieure à l'acte juridique attaqué, sauf si cet acte avait pour but de frauder un créancier postérieur. ; 1635. L'action doit, à peine de déchéance, être intentée avant l'expiration d'un délai d'un an à compter du jour où le créancier a eu connaissance du préjudice résultant de l'acte attaqué ou, si l'action est intentée par un syndic de faillite pour le compte des créanciers collectivement, à compter du jour de la nomination du syndic. ; 1636. Lorsque l'acte juridique est déclaré inopposable à l'égard du créancier, il l'est aussi à l'égard des autres créanciers qui pouvaient intenter l'action et qui y sont intervenus pour protéger leurs droits; tous peuvent faire saisir et vendre le bien qui en est l'objet et être payés en proportion de leur créance, sous réserve des droits des créanciers prioritaires ou hypothécaires.

     ; Le gage commun des créanciers o Un débiteur peut avoir plusieurs créanciers o Quand il ne paie pas ses dettes volontairement, ses créanciers peuvent le poursuivre en jugement, et peut saisir tous ses biens pour se payer o Alors, le législateur indique à CCQ 2644 que tout ce qu‟a le débiteur est le gage commun de ses créanciers ; Menace : fraude o Ce n‟est pas la fraude que l‟on a vu l‟année dernière (CCQ 1401), qui touche la formation du K o Certains débiteurs veulent éviter payer leurs dettes; ils essaient de cacher leurs biens pour ne les faire pas saisir o L‟action paulienne (i.e., l‟action en inopposabilité) va s‟attaquer à ces efforts Caractères généraux ; CCQ 1631 : action intentée par un créancier contre son débiteur et un tiers qui a contracté ou reçu paiement du débiteur, afin de faire déclarer sans effet à son égard les actes frauduleux et préjudiciable qui diminuent le patrimoine de ce débiteur ; Origine romaine, sanctionnée par le droit français, incluse au CCBC, reprise au CCQ avec certaines précisions ; Conditions strictes limitent l‟exercice de ce recours ; Interaction avec la faillite (juridiction fédérale) o La Loi sur la faillite provient un recours semblable (le recours pour les transactions révisables) o Complémentaire, mais les exigences de la Loi sur la faillite sont généralement moins rigoureuses (preuve de l‟intention de frauder et de la mauvaise foi du cocontractant n‟est pas exigée) o En certaines circonstances, le recours au CCQ est encore utile en cas de faillite ; CCQ 1631 et 1636 profitent à ce seul créancier (ainsi que tout autre créancier qui aurait pu intenter l‟action et qui y est intervenu) et donnent ouverture à la saisie du bien qui fait l‟objet de l‟acte rendu inopposable ; Caractère personnel et non réel ; Le contrat entre le débiteur et le tiers demeure valide, mais devient inopposable quant au créancier ; La question délicate concerne le tiers, qui subit un préjudice; le législateur a dû choisi entre deux victimes ; Questions : Qu‟est-ce que le préjudice? Quel rôle joue la mauvaise/bonne foi? ; Les pluparts d‟actions pauliennes se retrouvent aux milieux familiaux; la sympathie des juges envers les victimes a élargi l‟action paulienne comme recours ; Le recours s’exerce contre le tiers, même si l’action est intentée contre le débiteur Conditions ; Conditions s‟expliquent par le désir de ne pas porter une atteinte trop sérieuse au principe de la liberté contractuelle, de protéger le cocontractant ou le créancier de bonne foi, et de préserver la sécurité des transactions ; Relatives au créancier o Qualités de la créance (CCQ 1634)

    Page 5 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    ; On veut protéger le droit à l‟exécution d‟un créancier, alors il doit y avoir une créance entre le demandeur et le défendeur; cette créance doit présenter certaines qualités ; CCQ 1634(2) : créance antérieure à l’acte ou au paiement attaqué; moment pertinent est celui de la naissance du droit du créancier initial (exception : acte fait par le débiteur dans l‟intention de frauder ses créanciers subséquents) ; CCQ 1634(1) : créance certaine (au moment où l‟action est intentée) et liquide et exigible (au moment du jugement sur l‟action) o Exercice diligent du recours (CCQ 1635) ; Action peut être exercée individuellement par un créancier ou collectivement par le syndic, et consiste généralement en une demande en justice (mais peut prendre la forme d‟une intervention dans le contexte de procédures de saisie) ; Action individuelle : délai d’un an, commençant le jour où le créancier a connaissance (souvent difficile d‟acquérir compte) du préjudice qui résulte de l‟acte attaqué (pas de l‟acte lui-même); là où le créancier connaît le préjudice mais ne connait pas que l‟acte était frauduleux, la jurisprudence écarte la déchéance ; Action collective : faillite met fin au droit des créanciers d‟intenter individuellement le recours en inopposabilité; le syndic se voit imposé un délai d’un an après le jour de sa nomination (présumé en mesure de connaître vite la situation du failli); les recours prévus par la Loi sur la faillite ne sont pas soumis à un tel délai; le délai ne s‟applique qu‟à son recours en tant que syndic (s‟il intente une action individuelle, il est soumis au régime individuel); lorsque le syndic n‟agit pas, les créanciers peuvent agir individuellement ; Relatives à l’acte attaqué (CCQ 1631) o Il faut souvent concilier les intérêts légitimes mais conflictuels du créancier et du tiers o Acte juridique ; D‟habitude, un contrat entre le débiteur et un tiers, mais peut aussi être un acte juridique unilatéral ; L‟acte doit émaner du débiteur lui-même (les démarches entreprises par un tiers ne constituent pas des actes juridiques visés par CCQ 1631) o Acte préjudiciable au créancier ; Préjudice qui résulte de l‟insolvabilité du débiteur ; Considéré comme préjudiciable au créancier; présomption légale d’intention frauduleuse ; Existence de l’insolvabilité est une question laissée aux tribunaux, qui se refusent une définition trop rigide (préférant une conception large) ; Le simple fait que le débiteur traverse une période difficile ne permet toutefois pas de conclure systématiquement à un état d‟insolvabilité, en l‟absence de preuve ; L‟insolvabilité peut être prouvée par tout moyen de preuve ; Préjudice autre que celui qui résulte de l‟insolvabilité du débiteur ; L‟insolvabilité n‟est plus la seule mesure de préjudice et n‟est donc plus une condition nécessaire de l‟exercice de l‟action ; Le créancier peut tendre inopposable un acte qui a pour effet de soustraire la fortune du débiteur à ses créanciers, de rendre difficile l‟exercice de leur créance, ou de compromettre la réalisation du gage général ; Nature de l‟appauvrissement ; L’acte attaqué doit avoir eu pour effet d’appauvrir le patrimoine du débiteur de nature positive; le débiteur doit avoir manœuvré pour nuire à son créancier (le défaut de s‟enrichir ne donne pas ouverture à l‟action) ; L‟acte peut provenir d‟un contrat à titre gratuit, d‟un contrat à titre onéreux ou d‟un paiement préférentiel accordé à un des créanciers ; Droits à caractère personnel ; Les actes du débiteur portant sur ses droits extrapatrimoniaux ne sont pas soustraits à l‟action en inopposabilité (mais pas s‟ils sont frauduleux) ; La loi autorise parfois l‟intervention du créancier dans certaines affaires familiales ou personnelles o Acte frauduleux ; Difficile de définir l‟intention frauduleux : intention spécifique (position minoritaire : difficile de le prouver) ou conscience des répercussions négatives (position majoritaire)? ; Fardeau de preuve : incombe à la partie qui recherche l’inopposabilité ; Preuve : par tout moyen mais les difficultés de preuve font jouer les présomptions ; Présomptions : contrat à titre gratuit (CCQ 1633) ; Seule condition : preuve que le débiteur était insolvable au moment du contrat ou l’est devenu par cet acte (la bonne ou la mauvaise foi du tiers n‟est pas pertinente) ; Peut être étendue à un acte par lequel le tiers fournit une contrepartie nettement disproportionnée en comparaison avec ce qu‟il en tire ; Conception purement objective de l‟intention frauduleuse; présomption absolue (? réputé ?) qui ne permet pas de preuve contraire ; Justifications : empêcher le débiteur de frauder; préférer le créancier qui subirait une perte au donataire qui recevrait un gain ; Présomptions : contrat à titre onéreux (CCQ 1632) ; Conditions plus exigeantes ; Créancier doit démontrer que le débiteur était ou se rendait insolvable au moment de conclure l’acte à titre onéreux, ou qu’il cherchait à se rendre insolvable (? mauvaise foi)

    ; Créancier doit prouver que le cocontractant connaissait l’insolvabilité actuelle ou recherchée du débiteur (? mauvaise foi), pas qu‟il connaissait toute la situation du débiteur

    ; Problème d’interprétation : CCQ 1632 emploie ? réputé ? plutôt que ? présumé ?

    Page 6 de 52

Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    o Si le débiteur a contracté de bonne foi, voulant se sortir d‟une situation difficile, BJV croient que la connaissance de l‟insolvabilité du débiteur par le tiers n‟empêche pas ce débiteur de faire la preuve de sa bonne foi, comme était le cas au CCBC o Si le tiers a contracté de bonne foi (ignorance ou volonté de sauvegarder ses intérêts légitimes malgré sa connaissance), BJV croient que l‟inopposabilité devrait être écartée en ce cas le législateur sacrifie le tiers au lieu du créancier o BJV : il serait préférable que le CCQ dissocie l‟intention du débiteur et celle du tiers; le QC CA semble être d‟accord o Alors le CA a décidé que le législateur a fait un erreur, voulant employer le mot ? présumé ? ici au lieu de ? réputé ? ; Les paiements faits en vertu d‟un contrat sont soumis aux mêmes règles que celles du contrat auquel ils se rapportent ; Le créancier qui ne peut pas rencontrer les conditions de l‟établissement d‟une présomption selon CCQ 1632-1633 peut se rabattre sur le principe général énoncé à CCQ 1631 ; Celles-là sont des présomptions légales mais les juges ont aussi à leur disposition les présomptions de fait (par ex. les banquiers sont souvent présumés de savoir la situation des débiteurs) ; Effets o Entre le créancier et le tiers ; Inopposabilité de l’acte attaqué : le créancier bénéficie seul (ou seuls les créanciers qui s‟y joignent bénéficient) ; Pour protéger ses droits, le créancier dispose de la saisie avant jugement ; Le tiers est frustré du bénéfice du K ; K portant sur la transmission de droits réels ; L‟action en inopposabilité n‟est que préparatoire à la saisie; le créancier doit faire procéder à la saisie et à la vente du bien ; La différence ne retombe pas dans le patrimoine du débiteur mais reste dans celui du tiers (qui peut au lieu payer au créancier le montant dû et garder le bien intact) ; Si le tiers a aliéné le bien à un sous-acquéreur de bonne foi, le tiers doit restituer la valeur du bien; le sous-acquéreur de mauvaise foi peut être poursuivi par action en inopposabilité; pratiquement, le créancier accompagne sa demande d‟une saisie avant jugement pour éviter la transmission du bien ; K portant sur la transmission de droits personnels : on doit distinguer entre l‟inopposabilité et la nullité ; L‟inopposabilité peut en certains cas être complémentée par d‟autres recours (comme les dommages-intérêts) o Entre le débiteur et le tiers ; L’acte reste valide entre eux; le tiers garde son droit de recours contre le débiteur, même si ce recours risque d‟être largement illusoire ; Sanctions habituelles pour inexécution injustifiée du contrat, qui libèrent le tiers de ses obligations à l‟endroit du débiteur

    Duchesne c. Labbé, [1973] C.A. 1002 : RT 283-286

    Faits ; 16 février 1968 : Nolin vend un immeuble, y gardant une hypothèque (il a entretemps vendu la plupart des biens dans son actif) er avril 1968 : L poursuit Nolin en séparation de corps et est accordée une pension alimentaire provisoire ; 1; 18 juin 1970 : jugement en séparation de corps; Nolin doit payer à L une pension alimentaire ; Juillet 1970 : Nolin offre à D de lui vendre sa créance hypothécaire, dont la valeur est 33 828$ ; 21 août 1970 : Nolin signe à D une promesse de vente au prix de 20 000$ ; 26-28 août 1970 : D accepte l‟offre et instruit à ses notaires de préparer l‟acte de vente ; 3 septembre 1970 : l‟avocat de L adresse un lettre au notaire de D, lui indiquant que Nolin veut divulguer ses biens à son épouse; l‟avocat discute le lettre avec D, qui lui instruit de certifier si L a fait enregistrer son jugement ; L‟avocat découvre que le jugement était prononcé contre Nolin mais n‟était pas enregistré ; 11 septembre 1970 : D paie à Nolin le prix de 20 000$ ; Septembre 1970 : Nolin cesse de payer la pension alimentaire et disparaît ; L intente une action en inopposabilité, car Nolin n‟a plus d‟actif ; Premier jugement : le transport de créance a été effectué par Nolin dans l‟intention de frauder son épouse; D ne peut pas se réclamer de bonne foi Question : L peut-elle intenter l‟action paulienne [en inopposabilité] contre Nolin et D? Décision (Gagnon) : oui ? Labbé ; La créance est établie et l‟intention de Nolin de frauder L s‟infère 1. L‟existence d‟un préjudice ; Pour qu‟il y ait préjudice, il faut ou que l‟acte frauduleux ait rendu le débiteur insolvable, ou qu‟il ait augmenté son insolvabilité ou qu‟il ait privé le créancier du gage général sur les biens du débiteur ; Preuve de l‟insolvabilité de Nolin n‟a pas été faite – on sait seulement qu‟il a amassé une importante quantité d‟argent liquide ; Le point de départ de l‟action paulienne est que les biens du débiteur sont le gage commun de ses créanciers; pour intenter l‟action paulienne, il n‟est pas nécessaire que le créancier détienne sur le bien aliéné des sûretés particulières ; (Parenthèse : il n‟était pas nécessaire pour L d‟enregistrer ses droits pour exercer l‟action paulienne) ; La fraude consiste dans l‟intention de nuire; Nolin a voulu soustraire son actif aux poursuites 2. La mauvaise foi de D ; La mauvaise foi ne se présume pas, mais doit être prouvée ; Nolin n‟a pas dit à D plus qu‟il était marié sous le régime de la séparation de biens, alors D était de bonne foi jusqu‟au moment où il a reçu le lettre qui indiquait clairement l‟intention de contester la transaction

    Page 7 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008) ; Tout ce qui intéressait D était l‟enregistrement d‟un jugement sur l‟immeuble ; D aurait dû savoir qu‟il payait trop peu pour l‟hypothèque, et se mettre sur ses gardes ; D a alors agi de mauvaise foi Ratio : pour que l’action paulienne puisse être exercée, il faut que 4 conditions soient réalisées : ; (1) Le demandeur doit avoir, contre son débiteur qui aliène, une créance valable et antérieure à l’acte d’aliénation ; (2) L’acte d’aliénation doit causer préjudice au créancier demandeur (diminution du patrimoine du débiteur ou aliénation de biens aisément saisissables contre des biens facile à dissimuler aux poursuites des créanciers) ; (3) Le débiteur doit avoir agi avec l’intention de frauder ; (4) Celui qui a contracté avec le débiteur n’était pas de bonne foi (qui ne se présume pas mais doit être prouvée) Notes ; Il arrive très souvent que les créances sont vendues à beaucoup moins que leur valeur, à cause de risque attaché ; Le préjudice n‟était pas de vendre la créance, mais de le vendre à petit prix ; D savait qu‟il était de mauvaise foi, qu‟il était complice

    Partie 3. Régime des obligations

    A. Modalités des obligations

    ; S‟appliquent à toutes les obligations Révision : les recours K ; K instantané (par ex. la vente) : résolution (on retourne la chose; on se voit retourné le plein prix) ; K d‟exécution successive (par ex. le louage) : résiliation o Pas d‟effet rétroactif; n‟a effet que pour l‟avenir o On ne doit payer plus de bail, mais on doit le montant du bail pour le temps déjà passé ; La nullité attaque l‟existence du K dès son début; il y a quelques différences entre la nullité et la résolution (nullité absolue ou relative; possibilité de confirmer un K touché de la nullité relative), mais les effets sont presque les mêmes

    1. Obligations conditionnelles

    BJV 604-18; RT 287-93

    Livre V (Des obligations) Titre 1 (Des obligations en général) Chapitre 5 (Des modalités de l’obligation) Section I (De l’obligation à modalité simple) – ? 1 (De l’obligation conditionnelle) ; 1497. L'obligation est conditionnelle lorsqu'on la fait dépendre d'un événement futur et incertain, soit en suspendant sa naissance jusqu'à ce que l'événement arrive ou qu'il devienne certain qu'il n'arrivera pas, soit en subordonnant son extinction au fait que l'événement arrive ou n'arrive pas. ; 1498. N'est pas conditionnelle l'obligation dont la naissance ou l'extinction dépend d'un événement qui, à l'insu des parties, est déjà arrivé au moment où le débiteur s'est obligé sous condition. ; 1499. La condition dont dépend l'obligation doit être possible et ne doit être ni prohibée par la loi ni contraire à l'ordre public; autrement, elle est nulle et rend nulle l'obligation qui en dépend. ; 1500. L'obligation dont la naissance dépend d'une condition qui relève de la seule discrétion du débiteur est nulle; mais, si la condition consiste à faire ou à ne pas faire quelque chose, quoique cela relève de sa discrétion, l'obligation est valable. ; 1501. La condition qui n'est assortie d'aucun délai pour son accomplissement peut toujours être accomplie; elle est toutefois défaillie s'il devient certain qu'elle ne s'accomplira pas. ; 1502. (1) Lorsque l'obligation est subordonnée à la condition qu'un événement n'arrivera pas dans un temps déterminé, cette condition est accomplie lorsque le temps s'est écoulé sans que l'événement soit arrivé; elle l'est également lorsqu'il devient certain, avant l'écoulement du temps prévu, que l'événement n'arrivera pas. (2) S'il n'y a pas de temps déterminé, la condition n'est censée accomplie que lorsqu'il devient certain que l'événement n'arrivera pas. ; 1503. L'obligation conditionnelle a tout son effet lorsque le débiteur obligé sous telle condition en empêche l'accomplissement. ; 1504. Le créancier peut, avant l'accomplissement de la condition, prendre toutes les mesures utiles à la conservation de ses droits. ; 1505. Le simple fait que l'obligation soit conditionnelle ne l'empêche pas d'être cessible ou transmissible. ; 1506. La condition accomplie a, entre les parties et à l'égard des tiers, un effet rétroactif au jour où le débiteur s'est obligé sous condition. ; 1507. (1) La condition suspensive accomplie oblige le débiteur à exécuter l'obligation, comme si celle-ci avait existé depuis le jour où il s'est obligé sous telle condition. (2) La condition résolutoire accomplie oblige chacune des parties à restituer à l'autre les prestations qu'elle a reçues en vertu de l'obligation, comme si celle-ci n'avait jamais existé.

    Page 8 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008) général condition suspensive condition résolutoire ; Évènement extrinsèque futur, mais incertain, dont dépend la naissance (susp.) ou l‟extinction (résol.) d‟une obligation (CCQ ; Réalisation de la condition anéantit 1497) ; Fait dépendre la naissance de rétroactivement le lien d‟obligation ; Incertain quant à sa survenance l‟obligation de l‟arrivée de l‟évènement comme s‟il n‟avait jamais existé (CCQ ; Si l‟évènement s‟est déjà produit ou de la certitude qu‟il ne se produira 1497) au moment de la conclusion de pas; retarde la création du lien entre ; Se distingue de la résolution à titre de l‟engagement, hors la les parties (CCQ 1497) sanction de l‟inexécution d‟une connaissance des parties, ; Clause de réserve du transfert de droit obligation K (mais les règles propres l‟obligation a un plein effet de propriété jusqu‟au moment du à l‟obligation conditionnelle ne définition immédiatement (susp.) ou paiement total du prix n‟est pas une peuvent pas tourner les règles disparaît immédiatement (résol.) obligation sous condition, mais au lieu impératives applicables en matière de ; Ne peut pas être essentiel à la une obligation à terme résolution du K) formation de l‟engagement ; Peut résulter d‟une disposition législative ou de l‟entente entre les parties (même verbale)

    ; Condition purement potestative : réalisation dépend de l‟exercice discrétionnaire de la volonté du débiteur ? interdite o Condition dépendant du seul acte de volonté du débiteur est nulle et anéantit l‟obligation qui en dépend (CCQ 1500) o Exceptions : pacte de préférence; obligation à faire ou a ne pas faire quelque chose ; Condition simplement potestative : relève à la fois de la volonté du débiteur et de contingences extérieures, ou du seul acte de volonté du créancier ? valide ; Condition illicite : dépend de l‟accomplissement d‟un acte illicite, ou donne des conséquences illicites à un acte licite ? invalidité de l‟obligation (CCQ 1499) ? n‟affecte pas nécessairement la validité de l‟acte tout entier o Exemple classique : les conditions testamentaires, les dons (deux exceptions à la nullité du K quand la condition est contraire à l‟ordre public) o Le législateur ne veut pas punir un héritier pour la faute du testamentaire, alors on annule la condition au lieu du K validité mais de fois on ne l‟annule pas o La liberté de se (re)marier est aujourd‟hui considérée comme fondamentale, alors le législateur repense les viduités (? remarriage clauses ?), les considérant comme une forme de support de la veuve jusqu‟à son remariage au lieu d‟une contrainte sur sa liberté (mais si elle épouse un pauvre, elle n‟aura pas de support!) ; Condition impossible : ne peut pas se réaliser à cause d‟un obstacle insurmontable sur le plan physique ou juridique ? invalidité de l‟obligation (CCQ 1499) ? n‟affecte pas nécessairement la validité de l‟acte tout entier ; Tendance des juges : favoriser la continuité des clauses (voir Central Guaranty Trust, ci-dessous) ; On ignore toujours si la condition sera réalisée ou ; Aucun lien effectif ne lie encore le futur défaillie créancier et le futur débiteur ; Reconnaissance législative ; Créancier n‟a aucun droit contre son explicite de la possibilité pour ; Obligation entre immédiatement en débiteur conditionnel une partie de céder l‟obligation à existence ; Prescription extinctive ne court pas un tiers ou de la transmettre à ; Acquéreur est comparable au ; Débiteur doit respecter les termes de des héritiers (CCQ 1505) propriétaire ordinaire, sous réserve l‟engagement conditionnel; ne peut pas ; Créancier peut exercer des actes que son droit n‟est pas parfait et peut frustrer le créancier conditionnel de son conservatoires de ses droits être rétroactivement anéanti par la droit au bénéfice éventuel; celui qui (CCQ 1504), mais sous limites : réalisation de la condition empêche la réalisation de la condition ni d‟action oblique (CCQ 1627), est tenu de s‟exécuter comme si ni d‟action en inopposabilité période d’incertitude l‟évènement était arrivé (CCQ 1503) (CCQ 1634(1)), car la créance (pendente conditione) n‟est pas certaine

    ; Extinction de l‟obligation; fin aux rapports juridiques; obligation de rendre à l‟autre ce que l‟on a reçu ; Obligation devient pure et simple (CCQ 1507 : parties replacées dans la ; Débiteur est obligé à exécuter même position que si elles n‟avaient l‟obligation qu‟il avait assumée comme jamais contracté) sauf si l‟intention si elle avait existé dès le premier jour des parties indique autrement (CCQ (CCQ 1507(1)) 1425 et suiv.) ; Certains cas : débiteur transmet un avis ; Tous les droits consentis sur l‟objet ; Détermination de la réalisation de réalisation de la condition par l‟acheteur à des tiers tombent tient compte des différents ; Transformation de l‟obligation s‟opère rétroactivement paramètres (CCQ 1501, 1502) rétroactivement à l‟égard des parties o Par ex. sous-acquéreur : réalisation comme des tiers servitude, hypothèque, etc. o Actes faits par le débiteur sont o Le sous-acquéreur est un anéantis étranger au K de vente o Actes faits par le créancier sont ; Tiers protégés d‟une certaine mesure rétroactivement validés par les formalités de la publicité des droits, ainsi que par le régime juridique de la restitution des prestations

    Page 9 de 52

    Obligations droit civil avancé (Jobin) Dorian Needham (hiver 2008)

    ; La condition ne s‟est pas ; Les droits des parties sont cristallisés; accomplie; certain qu‟elle ne ; Il n‟existe plus d‟obligations entre les l‟exécution offerte pendente s‟accomplira pas parties conditione acquiert un caractère de ; Rend permanent la situation qui défail-certitude prévalait pendente conditione lance

    Central Guaranty Trust Co. c. Lefebvre-Gervais, [1992] R.J.Q. 2264 (CS) : RT 287-93

    Facts ; Lefebvre created by will a trust: trustee was CGTC; res was money; beneficiaries were widow (income) and children (capital) ; Trust instrument contained a clause directing trustee to stop all or part of pension to widow if she married a man not working and without substantial income, but allowing payment to resume if she divorced ; Widow (L-G) married a man with no job and low income, and now seeks to have that clause declared null Issue: is the clause null for (1) uncertainty, (2) being contrary to public order or good morals, or (3) being contrary to the QC Charter? Holding (Bishop): no ; Some testators include clauses reducing income available to their widows on remarriage, on assumption that new husband has adequate means to support her ; Lefebvre‟s motivation is different: he wished to dissuade L-G and any prospective suitor from marrying after his death if the suitor did not have adequate means to support her this was a rational means of supporting his estate for children‟s eventual benefit ; (Interpretation of the clause) 1. Uncertainty: clear, though unusual 2. Public order and good morals ; Terms overlap, and are often used interchangeably ; Such clauses are in principle valid unless inspired by inappropriate motives (e.g., “posthumous jealousy”) ; Lefebvre did not intend to prevent L-G from remarrying, but rather to ensure that children‟s welfare would be protected by priority if L-G chose to marry a man with inadequate means of support 3. QC Charter ; Each case must be assessed individually ; Section 50 on unenumerated rights is interpretive, rather than substantive not intended to give effect to substantive new rights and freedoms not specified in the Charter ; Section 6 (and CCLC 831) seem to protect freedom of willing ; Section 3 protects freedom of association but Re Public Service Employee Relation Act (SCC) suggested that freedom of association was not intended to address familial/marital relations; doubtful that there was created a fundamental freedom to remarry; marriage creates natural rather than legal obligations but it is unnecessary to decide this issue here, as there was no “unlawful interference” with this freedom even if it exists ; Sections 10 and 13 protect against discrimination based on civil status but even assuming that there is a freedom to remarry, the distinction here is based on husband‟s financial status, not L-G‟s civil status Ratio: courts tend to favour the validity of conditions, even if they appear prima facie discriminatory Facts ; Depuis l'entrée en vigueur du CCQ et l'adoption du nouvel art. 757(2) (? est réputée non écrite la disposition limitant les droits du conjoint survivant lorsqu'il se lie de nouveau par un mariage ou une union civile ?), cet arrêt devrait être décidé en sens opposé: la clause serait inopérante et la veuve continuerait de recevoir sa pleine rente ; Toutefois, il y subsiste une certaine incertitude, car les juges ont l'habitude de considérer l'intention du testateur malgré la violation d'un droit ou liberté fondamental, et CCQ 757(2) n'est peut-être pas connu de tous les plaideurs et tous les juges

     Droit de la publicité; impact de la publicité sur la résolution ; Certains contrats doivent être publiés pour être opposables aux tiers (CCQ 2938, 2939, 2941) ; Les tiers sont présumés de pouvoir consulter les deux registres (immobilier et RDPRM) ; Dans son domaine, le droit de la publication a précédence sur le droit des obligations ; Régime des droits o Droits qu‟il faut publier o Droits qui peuvent être publiés (par ex. le bail commercial), et alors le régime de la publicité s‟applique o Droits que l‟on ne peut pas publier, alors on est protégé par CCQ 1707 et le régime général des obligations ; Effets sur le tiers d‟une clause résolutoire o Si la vente doit être publiée ; Si elle a été publiée, la clause produira tous ses effets (i.e., le tiers, même de bonne foi, perdra le bien) ; Si elle n‟a pas été publiée, la clause n‟aura aucun effet o Si la vente ne doit pas être publiée, la clause produira ses effets sur le tiers selon les distinctions de CCQ 1707 ; K gratuit entre acheteur et tiers : tiers perd le bien ; K onéreux et autres actes entre acheteur et tiers : tiers ne perd le bien que s‟il connaissait la clause quand il a acquis le bien ou passé l‟acte o Alors : la résolution de la première vente a un impact considérable sur le sous-acquéreur, qui est un étranger à cette vente (même de bonne foi) ; Régime particulier o Si la clause a été enregistrée/publiée, elle va produire plein effet sur les tiers, même les tiers de bonne foi o 1743(2) : L‟acheteur d‟un immeuble va récupérer son bien libre des charges o Si la clause aurait dû être publiée et ne l‟était pas, le tiers gagne toujours

    Page 10 de 52

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com