DOC

CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC

By Kevin Foster,2014-08-29 09:57
13 views 0
CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC

UNITE DE TRANSPLANTATION HEPATIQUE ET DE CHIRURGIE

GENERALE

CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC UCL Bruxelles

     TRANSPLANTATION HEPATIQUE ADULTE

     LES MEDICAMENTS

INTRODUCTION

    Ce petit livre d'information vous aidera à vous souvenir des explications que vous avez reçues sur les différents médicaments prescrits après la transplantation.

    De quels médicaments s'agit-il? Quelle est leur action? Comment les prendre ? Quels effets secondaires vais-je ressentir et à quoi dois-je faire attention?

    Pour nous, il est important qu'un patient ainsi que sa famille soient bien au courant, nous espérons que ces explications vous seront utiles. Dans ce livret sont données les informations essentielles concernant les médicaments les plus fréquemment utilisés après votre transplantation hépatique.

novembre 2003.

Francine Roggen et Chantal De Reyck Prof. Jan Lerut

    Coordinatrices Cliniques de Transplantation Responsable de l’Unité

Médication et greffe hépatique 2

    11/11/2003

Immunosuppression

    Le but de l'immunosuppression est de prévenir ou de traiter le rejet. Ces médicaments, sauf dans quelques exceptions précises, se prennent à vie. Les médicaments sont :

    CYCLOSPORINE = NEORAL;

    TACROLIMUS = PROGRAFT;

    METHYLPREDNISOLONE = MEDROL A;

     AZATHIOPRINE = IMURAN

     MOFETIL MYCOPHENOLATE = CELLCEPT;

A savoir en général :

    - Les doses journalières sont au début relativement hautes. Elles seront progressivement diminuées. Seul votre médecin pourra décider de

    cette diminution.

    - Tous les immunosuppresseurs ont des effets secondaires, qui sont plus présents (au début) quand les doses sont hautes. Chacun est différent, donc chacun réagit différemment et aura des effets secondaires selon sa sensibilité.

    - Au début, différents médicaments seront combinés, ce qui permet de limiter les doses et les effets secondaires respectives. Votre médecin cherchera au fur et à mesure la combinaison médicamenteuse respectant le plus la fonction du greffon hépatique ainsi que votre qualité de vie. - L'immunosuppression fait que la défense naturelle du corps est diminuée.

    Médication et greffe hépatique 3

    11/11/2003

I. Les Inhibiteurs de la CalciNeurine (ICN)

TACROLIMUS; = PROGRAFT; et CYCLOSPORINE = NEORAL;

Généralités

    Le tacrolimus et la cyclosporine ont une activité spécifique (spécialisée) anti-rejet,ainsi que des effets secondaires et des interactions médicamenteuses similaires.

    Le Prograft est le médicament immunosuppresseur le plus utilisé dans notre unité.

Prise de l’ICN :

Il est important que l’ICN soit pris deux fois par jour, à intervalle de

    douze heures.

    Une fois à la maison, vous pouvez décider de l'heure qui vous convient le mieux en tenant compte de votre travail et des coutûmes de la famille. Nous vous conseillons 10h et 22h, en tenant compte des prises de sang et du dosage des médicaments dans le sang. Une fois décidé, il vaut mieux vous y tenir avec rigueur, afin que le dosage du médicament dans

    le sang soit stable. Votre dose journalière sera déterminée selon le dosage dans le sang et elle varie donc d’un patient à l’autre.

    Cette prise de sang se fera le matin, à jeun, avant la prise du

    médicament.

    Si vous vomissezendéans les deux heures qui suivent la prise du Prograft ou du Neoral, reprenez la moitié de la dose complète. Si vous vomissez immédiatement après la prise du médicament, reprenez la dose. Cette règle vaut d’ailleurs pour tous vos médicaments.

Dosage dans le sang :

    Le prélèvement se fait le matin, à jeun, avant la prise du Prograft ou du Neoral.

    Si le dosage est trop haut, vous pouvez ressentir une aggravation des effets secondaires, puisque les médicaments sont toxiques pour le corps. Si le dosage est trop bas, il y a un certain risque de rejet, qu'on ne ressent pas nécessairement tout de suite !

    Il est donc indispensable de faire des contrôles réguliers du dosage, ces contrôles se font plus fréquemment au début, mais restent nécessaires plus tard.

    Médication et greffe hépatique 4

    11/11/2003

La fréquence des prises de sang est la suivante :

    - les premières semaines à l'hôpital : tous les jours

    - les premières semaines à la maison : deux fois par semaine - quand le dosage est stable(+/- après 3 mois) : une fois par semaine - ensuite, les dosages s’espacent de plus en plus d’après la fonction du

     greffon hépatique.

Effets secondaires :

- influence sur la fonction rénale:

     les reins sont très sensibles aux ICN !!!

    Le médecin responsable fera attention à ce que la dose ne soit pas trop haute (donc toxique) afin de préserver une bonne fonction rénale. Comment pouvez-vous y contribuer? Veillez à boire suffisamment pour faire travailler vos reins. Soit au minimum 2.5 litres par jour!! S'il fait chaud ou si vous avez de la fièvre, buvez davantage.

     - taux élevé de potassium :

     parfois, le potassium n'est pas suffisamment filtré par les reins et l'on constate son élévation dans le sang lors de la prise de sang. Il est alors indispensable de diminuer l'apport du potassium par l'alimentation afin d’éviter les problèmes cardiaques. Evitez les jus de fruits, les potages, les fruits (bananes) et légumes secs, les tomates. Une liste de conseils diététiques est à votre disposition.

- taux élevé de sucre :

    les ICN influencent le métabolisme du sucre ; une élévation du sucre

    sanguin peut être notée (diabète postgreffe). Il est conseillé de limiter,

    surtout au début après la greffe, l'apport en sucres rapides tels que bonbons, pâtisseries et limonades.

    Si vous constatez que votre volume urinaire augmente d'une façon importante et que vous avez très soif, il est possible que votre sucre dans le sang soit trop haut.

- taux bas de magnésium :

    Médication et greffe hépatique 5

    11/11/2003

     on a remarqué que chez certaines personnes, le magnésium dans le sang peut être diminué. Ceci a pour conséquence des crampes, surtout malléolaires, et une humeur irritable.

    Le choix d’aliments riches en magnésium peut pallier à cette situation (une liste de conseils diététiques est à votre disposition). Un petit truc : manger après chaque repas un petit morceau de chocolat noir.

- élévation de la tension artérielle (hypertension) :

     les ICN peuvent faire augmenter la tension artérielle d’une manière

    importante. L’hypertension est définie comme une tension supérieure à 140 sur 100 mm Hg (valeurs de votre tensiomètre). Le premier traitement de cette hypertension est de diminuer si possible la dose d’ICN et d’ajouter éventuellement un diurétique de type Lasix.

     Comment le savoir ?

    1. Mesurez régulièrement votre tension.

    2. Un visage rouge et un mal de tête sont des signes d’hypertension.

    Que faire ?

    1. Régime pauvre en sel

    2. Parfois, un médicament est nécessaire

- influence sur le système nerveux (neurotoxicité) :

    des tremblements des membres (surtout des mains), des maux de

    tête, des jambes lourdes et coupées, des troubles de la sensibilité, une certaine confusion et plus rarement une dysarthrie (difficulté à l'articulation) sont les signes de troubles du système nerveux central les plus fréquents.

    Une crise d'épilepsie peut être rarement signalée.

     La dose de votre ICN devrait être adaptée, voire arrêtée temporairement afin de pallier à cette situation.

    Que faire ? Evitez les situations dangereuses comme porter des choses fragiles ou bouillantes. Faites des exercices pour dominer les tremblements p.ex. écrire.

- tumeurs:

    l’immunosuppression peut favoriser la formation de certains types de

    tumeurs. Les ? tumeurs ? les plus connues sont des proliférations lymphoïdes posttransplantaion. La température corporelle inversée (normale le soir mais de 37 à 38 le matin) en absence de maladie, ainsi qu’un rhume qui traîne depuis des semaines, doivent être signalés lors de la consultation; ils peuvent être le signe d'un problème débutant. Médication et greffe hépatique 6

    11/11/2003

    Pas de panique néanmoins. Une tumeur détectée précocément répond habituellement à la diminution de l’immunosuppression. Parfois, il peut être nécessaire d’arrêter la prise de Prograft ou de Neoral et parfois il faut instaurer une chimiothérapie.

    Un patient sous immunosuppresseurs a beaucoup plus de risques de développer des tumeurs cutanées…controler régulièrement votre peau !

    Ne vous exposez pas (trop) au soleil, si c’est le cas, faites le de préférence avant 10h et après 17h.

    Que pouvez vous également faire ?

    Ne pasfumer.

    Choisir un régime sain avec beaucoup de vitamines, peu de graisses, beaucoup de fibres.

- influence sur le systéme digestif :

     inappétence: est un problème fréquent durant les premières semaines, donc juste au moment qu’une alimentation équilibré aide à retrouver les forces.

    Que faire? Une petite promenade avant le repas ouvre l’appétit.

    Rajouter un petit repas à 10 et à 16h., yaourt ou un fruit, vous est conseillé. Et surtout mangez dont vous avez envie!

     diarrhée: parfois, quand le dosage de votre médication dans le sang est trop élevé, vous pouvez souffrir de diarrhée. Adaptez votre régime alimentaire : riz, carottes cuites, pomme râpée et bananes font du bien, évitez les autres fruits. N’oubliez pas de boire et surtout de mentionner le problème lors de la consultation.

    La diarrhée peut être la conséquence d’une infection ;parfois il est

    nécessaire de faire un traitement par antibiotiques.

- transpiration : surtout la nuit.

    - rhinorrhée : perte d’un peu de liquide nasal habituellement lors des

    repas.

- élévation de l’acide urique :

     avec éventuellement signes de goutte. L’acide urique peut être trop élevé et donner lieu à des douleurs, une inflammation avec rougeur et gonflement des articulations. Contrôlez votre poids (trop de poids = surcharge pour les articulations) et suivez les conseils diététiques. Médication et greffe hépatique 7

    11/11/2003

    Certains aliments font monter l’acide urique davantage (voir conseils alimentaires). Parfois une thérapie médicamenteuse est nécessaire.

- taux de cholestérol et des triglycérides (graisses) trop élevés.

    Ceci doit d’abord être combattu par l’alimentation (voir conseils

    alimentaires). Parfois un traitement médicamenteux est nécessaire ; celui-ci sera pris en charge par un médecin spécialiste (Prof B. Boland) de la ? Clinique des Lipides ?.

    - sexualité : assez vite après la transplantation, vous pouvez reprendre une vie sexuelle normale. Les médicaments peuvent causer des troubles tels qu’une diminution de la libido. Signalez ceci lors d’une consultation afin qu’une solution puisse être trouvée.

D'autres effets secondaires plus rares peuvent se produire.

    Signalez au médecin tout élément anormal que vous remarquerez.

Interactions

    Plusieurs médicaments, s'ils sont pris simultanément, peuvent interférer l'un avec l'autre et cette interaction peut avoir des effets indésirables. Ces interactions peuvent augmenter (et donc rendre toxique) ou diminuer (et donc rendre inefficace) votre médication

    immunosuppressive.

Effets secondaires spécifiques pour :

    - Neoral : gonflement parfois douloureux des gencives (hyperplasie

    gingivale) et pilosité (croissance des poils entre autres dans le visage

    et sur les extrémités). Des crèmes d’épilation peut être utilisées

    (Rubinstein, Vichy,…). Il est conseillé de faire des soins dentaires

    réguliers.

    - Prograft : perte de cheveux (plus prononcée qu’avec le Neoral)

    (alopécie). Eviter de teindre et de laver trop les cheveux. - antibiotiques : Rifampicine, Ciproxine, Bactrim ou Eusaprim,

     Erythrocine.

    Médication et greffe hépatique 8

    11/11/2003

- antifungiques : Diflucan, Sporanox, Nizoral.

    - antiviraux : Acyclovir, Ganciclovir.

    - calmants : Phénobarbital

    - anti-acides : Zantac, Ulcogant

    - anti-épileptiques : Carbamazepine

    Il faudra vous assurer que ces médicaments sont pris au moins une

    heure avant ou deux heures après la prise d’ICN.

Forme de ICN :

    Prograft : gélules de 0.5 ; 1 mg (blanches) et 5 mg (roses) Neoral : gélules de 25 mg , 50 mg et 100 mg.

Médication et greffe hépatique 9

    11/11/2003

II. METHYLPREDNISOLONE = MEDROL A;= CORTISONE

    But : la cortisone est un médicament qui a un effet large (aspécifique) contre le rejet

Forme : petits comprimés blancs divisibles en quatre;

     différents dosages de 4 (le plus utilisé), 16, et 32 mg.

Prise du Medrol;:

    Quand la dose est haute (16 mg) : deux fois par jour : 8 mg le matin et 8 mg le soir.

    Si la dose est diminuée, diminuez d'abord la dose du soir afin d'avoir moins d'effets secondaires la nuit. Prenez le Medrol; durant le repas

    pour éviter des problèmes gastriques.

Effets secondaires

    Les effets secondaires ne sont importants que si la dose est haute (> 75 mg/jour).

    Gonflement du visage (faciès lunaire) disparaît quand la dose est moins importante. L’équipe médicale arrête habituellement la corticothérapie après deux mois.

     du visage, sur les épaules et le tronc. Une consultation en Acné

    dermatologie s'impose en cas d'acné grave et/ou surinfection cutanée.

Stimulation de l’appétit (obésité). Une sensation de faim insatiable

    pourrait vous causer quelques soucis. Rien de grave si vous parvenez à contrôler votre poids. Pesez-vous chaque jour le matin à la même heure. Si le poids augmente trop (vite), ne tardez pas à consulter la diététicienne.

Ostéoporose.

    La décalcification des os est une conséquence de votre maladie

    hépatique préalable et de la thérapie aux stéroïdes à hautes doses. Les femmes après la ménopause (comme c’est aussi le cas en dehors du contexte de la greffe) y sont particulièrement sensibles. Médication et greffe hépatique 10

    11/11/2003

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com