DOC

aldeeb

By Michelle Weaver,2014-08-29 08:17
8 views 0
aldeeb

    ______ _ ___

    LE CORAN

    Texte arabe et traduction française

    par ordre chronologique selon l'Azhar

    avec renvoi aux variantes, aux abrogations et aux écrits juifs et chrétiens

    par

    Sami Awad ALDEEB ABU-SAHLIEH

    Je produis ici la préface, l'avant-propos et l'introduction de cet ouvrage, lequel peut être commandé

    auprès de son éditeur suissce: Editions de l'Aire, Vevey:

    http://www.editions-aire.ch/details.php?id=1382

    ou auprès d'Amazon.fr:

    www.amazon.fr/Coran-Abu-Salieh/dp/288108849X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1211

1

Le traducteur: Sami Awad ALDEEB ABU-SAHLIEH

    Chrétien arabe d'origine palestinienne et de nationalité suisse. Licencié et docteur en droit de l'Université de Fribourg. Diplômé en sciences politiques de l'Institut universitaire de hautes études

    internationales de Genève.

    Responsable du droit musulman et arabe à l'Institut suisse de droit comparé à Lausanne depuis 1980.

    Professeur invité aux Facultés de droit d'Aix-en-Provence et de Palerme. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles (liste dans: www.sami-aldeeb.com), dont en français: _ L'impact de la religion sur l'ordre juridique, cas de l'Égypte, non-musulmans en pays d'islam,

    Éditions universitaires, Fribourg, 1979.

    _ Discriminations contre les non-juifs tant chrétiens que musulmans en Israël, Pax Christi,

    Lausanne, Pâques 1992.

    _ Les musulmans face aux droits de l'homme: religion, droit et politique, étude et documents,

    Winkler, Bochum, 1994.

    _ Les mouvements islamistes et les droits de l'homme, Winkler, Bochum, 1998.

    _ Sami Aldeeb et Andrea Bonomi (éd.): Le droit musulman de la famille et des successions à l'épreuve des ordres juridiques occidentaux, Publications de l'Institut suisse de droit comparé, Schulthess, Zürich, 1999.

    _ Circoncision masculine - circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique,

    L'Harmattan, Paris, 2001.

    _ Cimetière musulman en Occident: normes juives, chrétiennes et musulmanes, L'Harmattan,

    Paris, 2002.

    _ Les Musulmans en Occident entre droits et devoirs, L'Harmattan, Paris, 2002.

    _ Circoncision: le complot du silence, L'Harmattan, Paris, 2003.

    _ Mariages entre partenaires suisses et musulmans: connaître et prévenir les conflits, 4e édition,

    Institut suisse de droit comparé, Lausanne, 2003.

    _ Introduction à la société musulmane: fondements, sources et principes, Eyrolles, Paris, 2005.

2

    PREFFACE

    par Quentin Ludwig1

    C'est un grand honneur qui m'est accordé de préfacer cette nouvelle traduction du Coran réalisée par mon ami Sami Aldeeb Abu-Sahlieh. Je l'ai rencontré incidemment sur l'Internet lors de recherches concernant les interdits alimentaires. Nous avons tout de suite engagé la conversation et il m'a inscrit sur sa liste de diffusion donnant accès aux nombreux livres et articles qu'il a publiés et mis à disposition gracieusement sur l'Internet. Sami Aldeeb publie depuis plus de trente ans et son unique passion est la recherche et l'écriture: il a donc beaucoup écrit et tout autant publié. Son premier ouvrage, déjà très documenté, alors qu'il était fort jeune, est consacré aux Coptes d'Égypte.2 Par la suite, outre son intérêt très vif pour le monde musulman, il s'est également intéressé aux juifs, aux chrétiens, aux skoptzy,3 etc. Ses publications représentent plusieurs

    milliers de pages denses et toujours très documentées. Il n'hésite pas, non plus, lorsqu'on le lui demande à prendre à bout de bras un problème scientifique, parfois très éloigné de ses préoccupations quotidiennes (rappelons qu'il est juriste). C'est ainsi qu'il a bien voulu présenter le point de vue musulman concernant l'utilisation des cellules souches lors d'un Colloque sur Droit et Médecine organisé par une association

    d'avocates à Bruxelles. Ce texte a, par ailleurs, fait l'objet d'une publication.4

    En tant qu'éditeur, j'ai eu le privilège d'accompagner Sami Aldeeb dans la publication de son magnifique ouvrage Introduction à la société musulmane,5 lequel se lit presque comme un roman Ŕ ce qui n'est pas un

    mince compliment Ŕ malgré la densité du texte et la haute intelligence que l'auteur apporte à ses commentaires.

    Je voulais préciser mes relations avec Sami Aldeeb avant de dire tout le bien que je pense de sa nouvelle traduction du Coran.

    Lorsque j'ai moi-même rédigé un petit ouvrage d'introduction à l'islam, j'ai été très perplexe face au problème des versets abrogés. Comment faire passer l'information au lecteur, peu au fait des subtilités coraniques? En effet, dans la lecture actuelle, non chronologique, du Coran, en présence de deux versets contradictoires, il est absolument impossible de déterminer lequel est abrogé, lequel est l'abrogeant.6 Un Coran

    chronologique permettrait de départager certains cas litigieux. Le grand orientaliste Régis Blachère avait déjà tenté l'expérience7 mais, pour une raison qui n'a jamais été expliquée, elle a été rapidement abandonnée au profit de l'ordre traditionnel.8 La nouvelle traduction de Sami Aldeeb apporte ainsi, si on me permet

    l'expression, comme un souffle de jeunesse au Coran éternel.

    L'ordre chronologique n'est pas le seul avantage de cette traduction. Elle nous offre pour la première fois, les variantes du Coran en partant d'ouvrages approuvés par les autorités religieuses musulmanes. Elle se veut comparative: chaque fois qu'un mot présente une difficulté l'auteur n'hésite pas à fournir les traductions proposées par ses prédécesseurs, sans vouloir imposer la sienne. Elle est l'une des premières à avoir bénéficié

_______________

    1 Universitaire et enseignant, ancien rédacteur en chef de revues, journaliste, lexicographe, spécialiste en ethnologie des religions et médecin. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Comprendre l'islam,

    Eyrolles, Paris, 2003; Comprendre le judaïsme, Eyrolles, Paris, 2003; Le bouddhisme: histoire, courants

    religieux, cultures, Eyrolles, Paris, 2005; Comprendre la kabbale: de Rabbi Siméon bar Yochaï à Madonna,

    Eyrolles, Paris, 2006; Les religions: catholicisme, orthodoxie, protestantisme, judaïsme, kabbale,

    islam, bouddhismes, Eyrolles, Paris, 2006.

    2 L'impact de la religion sur l'ordre juridique, cas de l'Égypte, non-musulmans en pays d'Islam, Éditions

    universitaires, Fribourg, 1979.

    3 Dans son ouvrage Circoncision masculine - circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique, L'Harmattan, Paris, 2001.

    4 Le clonage humain en droit musulman et arabe, in Médecine et droit: Questions d'actualité en droit

    médical

    et en bioéthique, Anthemis, Bruxelles, 2007, p. 89-114.

    5 Introduction à la société musulmane: fondements, sources et principes, Eyrolles, Paris, 2005.

    6 Dans le Coran, il est écrit: "Si nous abrogeons un signe ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas que Dieu est puissant sur toute chose?" (87/2:106). 7 Le Coran, traduction selon un essai de reclassement des sourates, Maisonneuve, Paris, 1949-1950. On

    relira toujours avec intérêt son Introduction au Coran. Maisonneuve et Larose, Paris, 2002 (réédition).

    8 Le Coran, Maisonneuve et Larose, Paris, 2005 (réédition).

4

    d'une recherche systématique des termes, grâce à l'ordinateur (Sami Aldeeb sait se servir de cet instrument précieux; d'ailleurs n'a-t-il pas fait lui-même la mise en page de son ouvrage?) Chaque concept arabe est ainsi toujours traduit exactement de la même manière, ce qui évite les fausses interprétations. Lorsque cela n'est pas possible, l'auteur le signale en note. Enfin, les spécialistes connaissent les influences des mondes juifs et chrétiens sur le contenu du Coran mais l'origine des sources n'est jamais proposée. Sami Aldeeb, dont la vaste culture n'ignore rien des travaux des érudits juifs et chrétiens, référence pour les spécialistes, lorsque c'est possible, les sources extra-coraniques qui alimentent la pensée du prophète. Bien entendu, même s'il les connaît, il ne signale pas certains ouvrages polémiques1 car son but est de fournir tant au

    spécialiste qu'à l'honnête homme, en langue française, le Coran le plus pur, le plus proche possible de son origine.

    Dans la version originelle de cet ouvrage (réduite pour les besoins de cette édition), l'auteur proposait également le texte en écriture arabe moderne.

    Gageons que cette nouvelle traduction ne laissera indifférent aucun lecteur, qu'il soit orientaliste pointu ou

    amateur éclairé.

    1 Dont celui de Hanna Zakarias (de son vrai nom: Gabriel Théry, père dominicain): L'Islam, entreprise

    juive: de Moïse à Mohammed, Éditions Saint-Remi, Cadillac, 2006 (réédition).

5

    AVANT-PROPOS

    par Rachid Benzine1 et Christian Delorme2

    Comme la Bible ou les Védas, le Coran appartient au patrimoine spirituel et intellectuel de toute l'humanité. Il est un des quelques rares grands textes fondateurs d'universalisme, qui ont permis à de nombreuses sociétés de se construire et de grandir. Considéré par les musulmans comme unique et inimitable, le livre saint de l'islam n'a pas cessé, depuis quatorze siècles, de nourrir la vie de centaines de millions de croyants. Pour les fidèles de l'islam, ce livre est la pure Parole de Dieu délivrée à l'humanité, et sa seule existence permet de

    rendre immédiatement présent aux hommes le Seigneur des mondes.

    Un musulman, bien entendu, ne peut pas ignorer le Coran, source toujours vivante de sa foi. Mais un nonmusulman

    le peut-il? D'aucuns peuvent le croire, mais c'est &