DOC

La notion et levolution du systeme de Securite Sociale en Grece

By David Sullivan,2014-11-26 16:06
7 views 0
La notion et levolution du systeme de Securite Sociale en Grece

    MINISTERE DE TRAVAIL ET DES ASSURANCES SOCIALES

    SECRETARIAT GENERAL DE LA SECURITE SOCIALE

    LE SYSTEME HELLENIQUE DE LA SECURITE

    SOCIALE

    ATHENES

    2002

    TABLE DES MATIERES

    APPORT DU MINISTRE DU TRAVAIL ET DES ASSURANCES SOCIALES ....................... 3 R

    PREFACE DU SECRETAIRE D‟ETAT AUPRES DES ASSURANCES SOCIALES错误;未定义书签。4

    CHAPITRE 1. LA NOTION ET L’EVOLUTION DU SYSTEME

    D’ASSURANCE SOCIALE EN GRECE ............................................................... 6

    1. LA NOTION DE L‟ASSURANCE SOCIALE EN GRECE ................................................ 6

    2. L‟EVOLUTION HISTORIQUE DU SYSTEME DE SECURITE SOCIALE INSCRIT DANS LE

    CADRE DU MODELE HELLENIQUE DASSURANCE SOCIALE ......................................... 7

    CHAPITRE II. LE CADRE INSTITUTIONNEL DES POLITIQUES DE LA

    SECURITE SOCIALE. ........................................................................................... 9

    1.LES SOURCES DU DROIT DE LA SECURITE SOCIALE ................................................ 9

    1.1. Les règles constitutionnelles ....................................................................... 9

    1.2. Les réglementations législatives et leur concrétisation administrative ....... 10

    1.3 Les principes généraux de la sécurité sociale ............................................. 10

    1.4. Conventions collectives de travail ............................................................. 10

    1.5. Les mécanismes du droit international de sécurité sociale ........................ 11

    1.5.1. Les conventions bilatérales de sécurité sociale.................................... 11

    1.5.2. Les mécanismes de l‟ONU ................................................................. 12

    1.5.3. Les mécanismes du Conseil de l „Europe ............................................ 13

    1.5.4. Les mécanismes de l‟Organisation Internationale du Travail .............. 13

    1. 6. Le droit communautaire européen ............................................................ 14

    1.6.1. La coordination des systèmes nationaux de sécurité sociale ................ 14

    1.6.2. Le traitement égalitaire des hommes et des femmes ............................ 14

    1.6.3. Les systèmes professionnels ............................................................... 15 2. LES NOUVELLES INTERVENTIONS INSTITUTIONNELLES ....................................... 16

    CHAPITRE III. L’ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE LA

    SECURITE SOCIALE EN GRECE ..................................................................... 20

    1. LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE DES SALARIES ...................................... 22

    2. LES ORGANISMES POUR L'ASSURANCE DES AGRICULTEURS ................................. 24

    3. LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE DES TRAVAILLEURS INDEPENDANTS ET

    DES CEUX QUI EXERCENT DES PROFESSIONS LIBERALES .......................................... 26

    4. LES ORGANISMES D'ASSURANCE DES FONCTIONNAIRES ...................................... 26

    CHAPITRE IV. L'ASSURANCE DES SALARIES ........................................... 28

    1. L‟AFFILIATION DES SALARIES A LASSURANCE ................................................... 28 2. RISQUES COUVERTS ET PRESTATIONS. ............................................................... 28

    2.1. Le risque vieillesse. .................................................................................. 28

    2.1.1. Les prestations contributives de pension de base ................................ 29

    2.1.2. Les prestations contributives de la pension auxiliaire. ......................... 33

    2.1.3 Les sommes minimum des pensions .................................................... 33

    2.1.4. Les prestations non contributives. ....................................................... 34

    2.2. La couverture de l‟incapacité de travail .................................................... 34

    2.2.1. La couverture de maladie ................................................................... 34

    2.2.2. La couverture de l‟invalidité ............................................................... 35

    2.3. La couverture du décès du soutien de famille. .......................................... 36

    2.4. La couverture de maternité. ...................................................................... 37

     1

    2.5. La couverture de l'accident du travail et de la maladie professionnelle. .. 38

    2.6. La couverture des charges familiales. ....................................................... 38

    2.7. La couverture du risque chômage. ............................................................ 39

    CHAPITRE V. LES SYSTEMES D’ASSURANCE PROFESSIONNELLE. ..... 42

    CHAPITRE VI. LE FINANCEMENT DU SYSTEME DE LA SECURITE

    SOCIALE. ............................................................................................................. 44

     LE FINANCEMENT DU PREMIER PILIER. ............................................................... 44 1.

    1.1. Les cotisations des travailleurs et des employeurs. .................................... 44

    1.2. La participation étatique régulière ........................................................... 45

    1.3. Les ressources sociales ............................................................................. 46

    1.4 La mise en valeur des biens mobiliers et immobiliers des institutions

    d‟assurance. .................................................................................................... 47

    2. LE FINANCEMENT DU DEUXIEME PILIER ............................................................. 48 3. LES ORGANES DE CONTROLE DES SOURCES DE FINANCEMENT DE LA SECURITE

    SOCIALE. .............................................................................................................. 48

    3.1 Le Comité Spécial de Contrôle et de Surveillance de la Gestion des Biens

    des Organismes d‟Assurance. .......................................................................... 49

    3.2 Le Service de Contrôle des Dépenses de Santé des Institutions de la

    Sécurité Sociale ............................................................................................... 49

    3. 3. L‟Organisme des Soins Médicaux des Assurés du Domaine Public .......... 49

    3. 4. Le Corps de l‟Inspection du Travail ......................................................... 49

    3.5. L‟Autorité Nationale Actuarielle ............................................................... 50

    CHAPITRE VIII. LES PERSPECTIVES D’EVOLUTION DU SYSTEME

    HELLENIQUE ...................................................................................................... 52

    BIBLIOGRAPHIE PRINCIPALE CONCERNANT LE SYSTEME GREC DE SECURITE SOCIALE55

    APPENDIX ......................................................................................................... 57

     2

Rapport du Ministre du Travail et des Assurances Sociales

    Ces derniers temps, le gouvernement grec promeut la réforme de l‟organisation et du fonctionnement du système de la sécurité sociale de notre pays avec une grande détermination, puisque la sécurité sociale constitue un des axes principaux du modèle grec de protection sociale. Grâce au dialogue social avec les représentants des salariés et des employeurs, le gouvernement a obtenu le consensus portant sur les principes primordiaux de la réforme, tels qu‟ils sont présentes dans la législation récente (Loi 3029/2002). Ces principes constituent un engagement politique fondamental vers la modernisation du système de la sécurité sociale à travers le prisme de l‟évolution du modèle social européen:

    - la défense des éléments principaux des régimes de base, comme leur

    caractère public et leur financement par la technique de la répartition

    - la garantie du contrôle par des autorités publiques et du caractère

    contributif des régimes auxiliaires

    - la garantie du financement tripartite du système de la Sécurité Sociale

    - la garantie de la viabilité des retraites (il faut noter que pendant les

    années 1990-1993 le total des dépenses de retraites du Budget Régulier

    d‟Etat s‟élevait a 1.735 milliard drs environ, alors que pendant la

    première période du gouvernement du pays par le PASOK (1995-1998)

    il s‟élevait environ a 2.779 billion drs, autrement dit il a eu une

    augmentation du montant des retraites en prix courant de 1.064 billion

    drs, donc un taux d‟augmentation de 61,3%.

    Pour que les principes de la réforme soient efficacement appliqués, des nouvelles politiques sont adoptées afin de contribuer à la promotion d‟un cadre

    moderne de protection sociale. Les nouvelles politiques focalisent l‟intérêt sur trois points:

    - adaptation des paramètres financiers principaux du Système de la

    Sécurité Sociale quant aux recettes, c‟est à dire les cotisations, la

    participation de l‟Etat et les investissements et quant aux dépenses, c‟est

    à dire les prestations, pour que le but de la construction d‟un Etat-

    providence viable et juste ne soit pas en contradiction avec l‟évolution

    de notre politique financière, dans les conditions de la concurrence

    européenne et internationale

    - développement d‟un cadre institutionnel unique, favorable au

    fonctionnement des personnes morales de droit privé dans le domaine

    des prestations d‟assurance supplémentaires, sur la base du financement

    unilatéral par les employeurs ou par les salariés, ou même du

    financement bilatéral consenti

    - modernisation de l‟organisation et du fonctionnement du système mais

    aussi modernisation des mécanismes de la tutelle, afin de maximaliser

    l‟efficacité la gestion des ressources du système de la sécurité sociale.

    La publication présente sur le “Système Hellénique de la Sécurité Sociale” donne une image très vive des politiques existantes et du cadre institutionnel en vigueur dans le domaine de la sécurité sociale de notre pays. En l‟étudiant, on peut

    bien comprendre les principes de la réforme de la sécurité sociale et son effet par rapport à la sauvegarde de la viabilité et de l‟efficacité du système. Nous croyons

     3

    que cette publication sera un outil utile tant aux cadres d‟administration qu‟aux partenaires sociaux, aux chercheurs mais aussi à chaque citoyen qui s‟intéresse à l‟évolution d‟une institution de protection sociale et de solidarité tellement importante en Grèce.

Athènes, Νovembre 2002

Dimitrios Reppas

    Ministre du Travail et des Assurances Sociales

     4

Avant-propos du Secrétaire d’Etat au Travail et à la Sécurité Sociale

    Pour plus d‟un siècle la sécurité sociale en Grèce s‟érige en un champ de

    revendications et de luttes sociales en vue de conquérir et préserver les biens sociaux les plus importants comme s‟avèrent le droit de pension et celui de soins médicaux et pharmaceutiques. Ces luttes n‟évoquaient que le principe de la solidarité entre les groupes sociaux et les différentes générations et elles envisageaient le maintien d‟un niveau de vie décent pour ceux qui ayant tant contribué au devenir productif se retiraient de la vie active.

    L‟acquis social grec, résultat de luttes profondes, a indubitablement établi

    la sécurité sociale en tant qu‟un droit des travailleurs obligatoire et général et en même temps en tant qu‟une obligation étatique. Il s‟est graduellement revêtu la forme de ce qu‟on appelle le Système Hellénique de la Sécurité Sociale.

    Or, la formation d‟un Système qui n‟a pu apaiser les différences entre les divers groupes de travailleurs, que l‟on constate tant au niveau de cotisations que de prestations, a créé pour une longue période un climat d‟inégalité et d‟insécurité

    dans le champ du travail, exacerbant les contradictions politiques et menaçant la cohérence du tissu social.

    La Loi 3029/2002 constitue une démarche réformatrice considérable vers le sens de la transformation organisationnelle, fonctionnelle et institutionnelle du Système de la Sécurité Sociale, qui vise à la suppression des inégalités, qui auparavant ne constituaient que la cause principale de la faiblesse de ce système caduc et mal fonctionné dans un contexte d‟une évolution galopante ; c‟est une loi

    qui promeut la convergence avec les principes et les valeurs de l‟acquis communautaire européen, en puisant en faveur des travailleurs eux-mêmes et de leurs propres institutions d‟assurance dans les conditions favorables de la concurrence économique, sans que l‟enjeu de l‟exploitation rationnelle des

    possibilités réelles de notre économie nationale se soit mis en cause.

    Force est à noter de façon très brève les principes politiques fondamentaux, discours qui représente l‟aboutissement fertile du dialogue social entre des

    partenaires égaux et qu‟il a été clairement exprimé dans la Loi sur la réforme du Système de la Sécurité Sociale : un système de Sécurité Sociale égalitaire et solidaire pour tous les groupes d‟assurés, moderne et économiquement viable, qui serait en mesure de préserver les obligations étatiques au niveau de piliers de l‟assurance de base et auxiliaire aussi bien que le contrôle de l‟Etat sur les initiatives individuelles et collectives des services d‟assurance supplémentaires qui dorénavant se renforcent dans un cadre institutionnel précis.

    L‟application de ces valeurs a évoqué un essaim de stratégies et d‟outils : la

    distinction des branches d‟assurance (3 piliers d‟assurance), la fusion des Caisses, la mise en place des conditions identiques pour la retraite, le maintien d‟une

    pension minimale décente, le soin pour les groupes sociaux les plus démunis, l‟avis motivé d‟une instance scientifique sur la viabilité des institutions d‟assurance par la création de l‟indépendante Autorité Nationale Actuarielle.

    L‟application de la Loi sur la réforme du Système de la Sécurité Sociale commence juste après son adoption par le Parlement. Notre ambition consiste en ce que la nouvelle loi constitue la base commune, bien approuvée par tous les groupes sociaux, à fin que le Système Hellénique de la Sécurité Sociale soit édifié, un système susceptible de répondre aux besoins et aux évolutions qu‟un futur complexe et incertain nous réserve.

Athènes, Novembre 2002

Rovertos Spyropoulos

    Secrétaire d‟Etat au Travail et à la Sécurité Sociale

     5

    CHAPITRE 1. La notion et l’évolution du système d’Assurance Sociale en Grèce

1. La notion de l’Assurance Sociale en Grèce

La notion de l‟Assurance Sociale constitue l‟objectif essentiel du modèle national

    de protection sociale, qui se réalise grâce aux trois systèmes suivants : le système de la sécurité sociale pour la protection des travailleurs, le système de l‟aide sociale pour les personnes qui se trouvent dans une situation critique et le système national de santé qui couvre toute personne qui réside dans le territoire grec. Du point de vue administratif la coordination et la surveillance du système de la sécurité sociale sont assurées par le Ministère du Travail et des Assurances Sociales, tandis que la fonction des autres systèmes est confiée au Ministère de la Santé et de la Aide Sociale.

Le Système de la Sécurité Sociale s‟avère l‟axe principal du modèle de protection

    sociale hellénique. Historiquement déterminé à partir les années ‟50 ce système

    prétend de couvrir les risques auxquels se heurtent les travailleurs, octroyant des prestations et des services qui compensent la diminution ou bien la perte du revenu d‟emploi. Il s‟agit d‟un système public d‟assurance de base et d‟assurance auxiliaire qui s‟appuie sur des instances autonomes d‟assurance, celles-ci ne formant que le

    premier pilier d‟assurance en Grèce.

    Le deuxième et le troisième pilier d‟assurance ne sont pas particulièrement développés par rapport aux autres Etats membres de la Communauté Européenne. Mais récemment le Gouvernement grec s‟est mis à statuer les Caisses professionnelles, qui contribueront à l‟élargissement du niveau de protection du système d‟assurance et l‟amélioration des prestations d‟assurance ; elles ne

    constituent que le deuxième pilier d‟assurance en Grèce.

Le Système National de la Santé a été à peine institutionnalisé au début des années

    „80 destiné à répondre aux besoins hospitaliers pharmaceutiques et médicaux de la population grecque fournissant des services gratuits. Il dessert tout individu qui réside dans le territoire grec. De même on a prévu particulièrement pour les assurés des institutions d‟assurance publique la prestation des services de santé par des branches de santé de leurs Caisses. A ce moment-ci le Gouvernement étudie certains projets affins d‟harmoniser les divers mécanismes de couverture de besoins de santé.

Le Système d‟Aide Sociale constitue le réseau ultimum d‟assurance pour les

    individus hors du marché du travail qui se trouvent dans une situation défavorable. Il fonctionne sur la base des programmes de protection développés par catégorie, destinés aux groupes de population concrets qui ont été introduits dès le début des années „60 et qui ont été étendus pendant les années ‟80. Le système fournit des allocations, des prestations en nature et des services des soins à travers des personnes morales décentralisées soumises à la surveillance du Ministère de la Santé et de l‟Aide Sociale. Aussi des services sociaux se fournissent-ils dans un

    moindre degré par d‟autres organismes des collectivités locales et par un ensemble d‟organismes volontaires et par des organisations non gouvernementales qui

     6

    développent une action importante surtout dans le domaine de protection des enfants, des réfugiés et des personnes handicapées.

    2. L’évolution historique du système de Sécurité Sociale inscrit dans le cadre du modèle hellénique d’assurance sociale

En Grèce l‟idée de la sécurité sociale en tant qu‟institution apparaît pour la première

    fois avec le Décret de 15 .12.1836 qui autorisa la fondation de la Caisse Maritime des Invalides (NAT) qui commença à fonctionner en 1861. En 1922 la Loi votée 2868/1922 ? De l‟assurance obligatoire des travailleurs et des employés privés ?

    garantit du point de vue législatif cette nouvelle institution. Cette loi marqua l‟initiative pour la création des Caisses d‟assurance de diverses branches pendant la période d‟entre deux guerres.

    En 1934 fut votée la Loi principale 6298/1934 ? Des Assurances Sociales ?. Pendant la même période, d‟autres lois ont été promulgues concernant parmi d‟autres la fondation des institutions d‟assurance de base, comme l‟étaient la Caisse d‟Assurance des Commerçants (TAE) et la Caisse des Professionnels et des Artisans (TEBE), qui inaugurèrent leurs fonctions en 1940.

    En 1935 fut établi l‟assurance obligatoire de tous les salariés à l‟Institut des Assurances Sociales (IKA), qui constitua l‟institution générale de la Sécurité Sociale des salariés. L‟IKA commença à fonctionner à partir le 1.1.1937, mais

    l‟attribution des prestations ne fut réglée qu‟en 1951 par la Loi 1846/51, qui compte tenu ses modifications survenues, régit actuellement le cadre institutionnel de cette instance.

    L‟extension de la protection sociale de la population fut assurée en 1961 avec la

    création de l‟Organisme des Assurances Agricoles (OGA) qui couvrit presque l‟ensemble de la population rurale.

    Pendant les années ‟90 on avançait des interventions importantes pour réformer et moderniser le système de la Sécurité Sociale, qui ont été finalement accomplies en 2002 avec la Loi 3029/2002 sur la réforme du système de la Sécurité Sociale. Celles-ci ont mis l‟accent sur les questions de l‟organisation, du financement et d‟octroi des prestations d‟assurance surtout sur le versement de pensions. La

    réforme du système de Sécurité Sociale constitue un des principaux objectifs du modèle social grec de la protection sociale. Il a été associé aux autres systèmes de couverture sociale qui envisagent la décentralisation du système national de la santé et l‟établissement d‟un moderne système national des soins sociaux.

    a) Les interventions entreprises dans la volonté de moderniser le domaine de la

    santé ont été inaugurées avec l‟adoption de la Loi 2519/1997 pour ?le

    développement du Système National de la Santé, l‟organisation des services

    sanitaires, les réglementations sur le médicament et d‟autres dispositions? qui

    continuent à s‟afficher durant l‟an 2000 avec l‟adoption de la Loi 2889/2001

    ? De l‟amélioration et de la modernisation du Système National de la Santé et

    d‟autres dispositions ? et la Loi 2955/2001 ?Des provisions des hôpitaux et

    d‟autres unités de santé des Systèmes régionaux de la Santé (PESY) et d‟autres

    dispositions?. La Loi 2889/01 a introduit des modifications importantes sur la

    structure organisationnelle du Système de la Santé en créant des Systèmes

    Régionaux de la Santé, qui ne constituent que des personnes morales du droit

    public décentralisées qui surveillent tous les établissements de la santé du

    Système Nationale de la Santé (ESY). Les Systèmes Régionaux ont un cadre

    institutionnel particulier qui est empreint dans les réglementations du Décret

     7

    Présidentiel 357/2001 ? Organisme de Service Central des Systèmes Régionaux de la Santé (PESY)?.

    b) L‟institutionnalisation d „un Système National de Soins Sociaux moderne fut

    assuré en 1998 par la Loi 2646/98 et fut avancée en 2001 par l‟élaboration du Projet National d‟Action pour l‟Intégration Sociale 2001-2003. La Loi 2646/98

    jette les fondements pour la création d‟un modèle moderne d‟intervention dans de l‟aide sociale qui vise tant à répondre aux nouveaux besoins qu‟à rationaliser la fonction administrative et organisationnelle des instances traditionnelles d‟aide sociale. Ce modèle-ci est fondé sur un cadre unifié et décentralisé dont l‟action s‟appuie sur les institutions du secteur public surveillées par le Ministère de la Santé et de l‟Aide Sociale, les instances privées à but non lucratif qui se sont reconnues en tant qu‟instances certifiées du Système et qui

    se sont enregistrées sur la matricule de la Collectivité Locale correspondante et les organisations volontaires (organisations de premier, deuxième et troisième degré non gouvernementales qui constituent des personnes morales du droit privé à but non lucratif soit des associations ou syndicats qui se donnent à une action volontaire de prestation des services envers des individus ou des groupes de population.)

     8

    CHAPITRE II. Le cadre institutionnel des politiques de la Sécurité Sociale

1.Les sources du droit de la Sécurité Sociale

    Les réglementations constitutionnelles sur les droits sociaux, la législation et les actes administratifs qui concrétisent les réglementations constitutionnelles, les principes généraux du droit, les coutumes et les réglementations au niveau d‟assurance qui se sont contenus dans les conventions collectives du travail ne constituent que les sources principales du droit de la Sécurité Sociale et déterminent le droit national de la Sécurité Sociale. Or, ils existent des règles à caractère supranational prévues dans les mécanismes du droit international de la Sécurité Sociale et du droit communautaire. La Grèce a intégré dans son ordre juridique interne les règles fondamentales des Organismes internationaux qui édictent les pratiques d‟assurance, tandis qu‟elle adopte en tant que membre de U.E. l‟acquis communautaire dans le domaine de la Sécurité Sociale.

1.1. Les règles constitutionnelles

La Constitution de 1975 aujourd‟hui en vigueur, révisé en 1986 et en 2001,

    comporte les règles suprêmes dans l‟ordre juridique interne. La Constitution prévoit des dispositions concrètes pour la protection des droits sociaux dans lesquelles s‟inscrit le droit de Sécurité Sociale. Aussi contient-elle des dispositions

    fondamentales sur la fonction de l‟Etat de droit qui désignent son orientation sociale.

    La constitutionnellement du droit de Sécurité Sociale apparaît dans l‟article 22, ? 5 qui prévoit que :

    ? L‟Etat veuille pour la Sécurité Sociale des travailleurs, comme la loi prescrit.?

    Cette disposition, comme celle-ci a été interprétée par la jurisprudence, constitue la base substantielle de la couverture d‟assurance pour tous les travailleurs indépendamment de leur forme d‟activité.

    La constitutionnellement du principe de l‟Etat social apparaît dans l‟article 25, ? 1 qui prévoit que :

    ?L‟Etat garantit les droits de l‟homme en tant qu‟individu et en tant que membre d‟une société donnée aussi bien que le principe de l‟Etat social du droit. Toutes les instances étatiques sont obligées d‟assurer l‟exercice efficace et non entravé des droits en question. Ces derniers sont valables dans les rapports que les particuliers s‟entretiennent entre eux. Les contraintes qui d‟après la Constitution peuvent être imposées sur ces droits-ci doivent être prévues soit directement par la Constitution soit par la loi et doivent aussi respecter le principe de proportionnalité?.

    La Constitution hellénique sauf le droit de Sécurité Sociale assure d „autres droits

    sociaux fondamentaux : éducation, emploi, santé et prévoyance. C‟est ainsi que les conditions pour l‟exercice d‟une politique sociale sont remplies traçant leur propre axe primordial de protection des droits à travers les appareils de l‟Etat social.

    Les réglementations sur les droits sociaux de la Constitution actuelle constituent des règles de droits qui se sont concrétisées par l‟Assemblée Nationale et par l‟administration à travers de la législation et des actes administratifs.

     9

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com