DOCX

Institut d'Etat Interlingua Travail de cours Anatole France. Les

By Carlos Sanchez,2014-02-07 11:21
26 views 0
Institut d'Etat Interlingua Travail de cours Anatole France. Les

    Institut d’Etat Interlingua

    Travail de cours

    Anatole France. Les dieux ont soif.

    Etudiante de IV année

    Luciné Békarian

    Professeur

    A. Méliksétian?

    Erévan 2010

    Anatole France

    Issu d’une modeste famille paysanne d'Anjou, son père, François-Noël Thibault,

    d’abord sous-officier légitimiste, démissionna au lendemain de la Révolution de 1830. Il tint sur le quai Malaquais, à Paris, une librairie (d’abord librairie France-Thibault, puis France)

    spécialisée dans les ouvrages et documents sur la Révolution française, fréquentée par de nombreux écrivains et érudits. Le nom d’Anatole France lui vient ainsi de son père. C’est un diminutif de François. Élevé dans la bibliothèque paternelle, Anatole en garda le goût des livres et de l’érudition, ainsi qu’une connaissance intime de la période révolutionnaire, arrière-plan de plusieurs de ses romans et nouvelles, dont Les dieux ont soif qui est considéré

    comme son chef d’œuvre.

    De 1853 à 1862, Anatole France fait ses études à l’institution Sainte-Marie et au

    collège Stanislas. Bien qu’il était un élève peu doué et souffrant d’être pauvre dans un milieu riche, il est remarqué pour ses compositions et les publiée en revue. Il obtient son baccalauréat en 1864.

    En 1860, il travaille pour différents libraires, mais refuse de prendre la suite de son père, qui juge très négativement les ?barbouillages? de son fils. Sa carrière littéraire

    - 2 -

commence par la poésie; amoureux de l’actrice Élise Devoyod, il lui dédie quelques poèmes,

    mais elle le repoussera en 1866. Il est disciple de Leconte de Lisle, avec qui il travaillera quelque temps comme bibliothécaire au Sénat. En janvier 1867, il écrivit une apologie de la liberté cachée sous un éloge du Lyon Amoureux de Ponsard.

    En 1876, il publie Les Noces corinthiennes chez Lemerre, éditeur pour lequel il rédige

    de nombreuses préfaces à des classiques (Molière par exemple) ainsi que pour Charavay ; certaines de ces préfaces seront réunies dans Le Génie Latin. La même année, il devient

    commis-surveillant à la Bibliothèque du Sénat, poste qu'il conserve jusqu'à sa démission, le er1 février 1890.

    Anatole France se marie en 1877 avec Valérie Guérin de Sauville dont il aura une fille, Suzanne, née en 1881 et qui mourra en 1918. Les relations de France avec les femmes furent toujours difficiles. Ainsi avait-il, dans les années 1860, nourri un amour vain pour Elisa Rauline puis pour Elise Devoyod. En 1888, il engage une liaison avec Madame Arman de Caillavet, qui tient un célèbre salon littéraire de la Troisième République ; cette liaison durera jusqu’à la mort de celle-ci en 1910, peu après une tentative de suicide suite à une autre liaison de France avec une actrice lors d’un voyage en Amérique du Sud. Madame Arman de

    Caillavet lui inspire Thaïs (1890) et Le Lys rouge (1894). Après une ultime dispute avec sa

    femme, qui ne supporte pas cette liaison, France quitte le domicile conjugal un matin de juin 1892 et enverra une lettre de séparation à sa femme. Le divorce sera prononcé à ses torts et à ses dépens le 2 août 1893. Par la suite, France aura de nombreuses liaisons, comme celle avec Mme Gagey qui se suicidera en 1911.

    France s’est orienté tardivement vers le roman et connaît son premier succès public à 37 ans, en 1881, avec Le Crime de Sylvestre Bonnard, couronné par l’Académie française.

    Cette œuvre est remarquée pour son style optimiste et parfois féerique qui tranche avec le naturalisme qui règne alors.

    Il devient en 1887 critique littéraire du prestigieux Temps.

    Anatole France est élu, dès le premier tour, avec 21 voix sur 34 présents, à l’Académie française le 23 janvier 1896, au Fauteuil 38, où il succède à Ferdinand de Lesseps. Il y est reçu le 24 décembre 1896.

    - 3 -

    Devenu un écrivain reconnu, influent et riche, Anatole France s’engage en faveur de nombreuses causes. Il tient plusieurs discours dénonçant le génocide arménien et soutient Archag Tchobanian, rejoint Émile Zola, avec qui il s’est réconcilié au début des années 1890,

    lors de l'affaire Dreyfus. Après avoir refusé de se prononcer sur la culpabilité de Dreyfus (ce

qui le classe parmi les révisionnistes) dans un entretien accordé à L'Aurore le

    23 novembre 1897, il est l'un des deux premiers avec Zola à signer, au lendemain de la publication de J'accuse, en janvier 1898, quasiment seul à l’Académie française, la première

    pétition dite ? des intellectuels ? demandant la révision du procès. Il dépose le 19 février 1898 comme témoin de moralité lors du procès Zola (il prononcera un discours lors des obsèques de l'écrivain, le 5 octobre 1902), quitte L'Écho de Paris, antirévisionniste, en février 1899 et

    rejoint le 5 juillet suivant Le Figaro, conservateur et catholique, mais dreyfusard. En

    juillet 1898, il rend sa Légion d'honneur après que l'on a retirée celle d'Émile Zola et, de février 1900 à 1916, refuse de siéger sous la Coupole. Il participe à la fondation de la Ligue des droits de l'homme, dont il rejoint le Comité central en décembre 1904, après la démission de Joseph Reinach, scandalisé par l'affaire des fiches. Son engagement dreyfusard se retrouve dans les quatre tomes de son Histoire Contemporaine (1897 - 1901), chronique des

    - 4 -

    mesquineries et des ridicules d’une préfecture de province au temps de l’Affaire. C’est dans cette œuvre qu’il forge les termes xénophobe et trublion.

    Devenu un proche de Jean Jaurès, il préside le 27 novembre 1904 une manifestation du Parti socialiste français au Trocadéro et prononce un discours. France s’engage pour la

    séparation de l’Église et de l’État, pour les droits syndicaux, contre les bagnes militaires.

    En 1909 il part an Amérique du Sud pour faire une tournée de conférences sur Rabelais. S'éloignant de Léontine Arman de Caillavet, il se lie avec la comédienne Jeanne Brindeau, en tournée elle aussi avec des acteurs français. Rabelais est remplacé, au cours du voyage qui le mène à Lisbonne, Recife, Rio-de-Janeiro, Montevideo et Buenos-Ayres, par des conférences sur ses propres œuvres et sur la littérature contemporaine. De retour à Paris le lien avec Léontine se reformera mais celle-ci meurt en 1912.

    Au début de la Première Guerre mondiale, il écrit des textes guerriers et patriotes, qu’il regrettera par la suite, mais milite en faveur d’une paix d’amitié entre Français et

    Allemands, ce qui suscitera l’indignation et l’hostilité, et lui vaudra des lettres d’insultes et des menaces de mort. Il prend position en 1919 contre le Traité de Versailles, signant la protestation du groupe Clarté intitulée ? Contre une paix injuste ?, et publiée dans l’Humanité, 22 juillet 1919.

    Ami de Jaurès et de Pressensé, il collabore dès sa création à l'Humanité, en publiant

    Sur la pierre blanche dans les premiers numéros. Proche de la SFIO, il est plus tard critique envers le PCF. S’il écrit un Salut aux Soviets, dans L'Humanité de novembre 1922, il proteste

    contre les premiers procès faits aux socialistes révolutionnaires en envoyant un télégramme dès le 17 mars. À partir de décembre 1922, il est exclu de toute collaboration aux journaux communistes. Anatole France, a cru aux idées socialistes, s’est ainsi tenu à l’écart des partis politiques, ce dont témoignent ses romans pessimistes sur la nature humaine, tels que L’Île

     et surtout (publié en 1912) qui, à cause de sa critique du Les dieux ont soifdes pingouins

    climat de Terreur des idéaux utopistes, fut mal reçu par la gauche.

    Il se marie en 1920 avec Emma Laprévotte. Il est lauréat en 1921 du prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre, et le reçoit à Stockholm le 10 décembre.

    En 1922, l’ensemble de ses œuvres fait l’objet d’une condamnation papale (décret de la

    Congrégation du Saint-Office du 31 mai 1922).

    - 5 -

    ePour son 80 anniversaire, au lendemain de la victoire du Cartel des gauches, il assiste à une manifestation publique donnée en son honneur le 24 mai 1924 au palais du Trocadéro. Il meurt le soir du dimanche 12 octobre à La Béchellerie, commune de Saint-Cyr-sur-Loire, à 23 h 26. À l'annonce de sa mort, le Président de la Chambre des députés Paul Painlevé déclare : ? Le niveau de l'intelligence humaine a baissé cette nuit-là. ?

    Son corps est embaumé le 14 octobre, puis transféré à Paris et exposé Villa Saïd. Parmi les visiteurs, le président de la République, Gaston Doumergue vient lui rendre hommage dans la matinée du 17, suivi par le président du Conseil, Édouard Herriot. En contradiction avec ses dispositions testamentaires, des obsèques nationales ont lieu à Paris le 18 octobre, après quoi il est inhumé à Neuilly-sur-Seine, auprès de ses parents.

    Le 19 novembre 1925, l'Académie française élit, après quatre tours de scrutin, Paul Valéry au siège d'Anatole France. Reçu dix-neuf mois après, il ne prononce pas une fois le nom de son prédécesseur, dans l'éloge qu'il doit prononcer, et le qualifie de lecteur infini, et donc lecteur se perdant dans ses lectures.

    - 6 -

    Les dieux ont soif

    "Epicure a dit: ou Dieu veut empêcher le

    mal et ne le peut, ou il le peut et ne le veut, ou il

    ne le peut ni ne le veut, ou il le veut et le peut. S'il

    le veut et ne le peut, il est impuissant; s'il le peut et

    ne le veut, il est pervers; s'il ne le peut ni ne le

    veut, il est impuissant et pervers; s'il le veut et le

    peut, que ne le fait-il, mon père ?"

    Anatole France / Les dieux ont soif

    Ce livre, publié en 1912, est

    certainement l'œuvre la plus connue et la

    plus importante d'Anatole France. Ces

    personnages France nous les présente dans les

    premiers chapitres, dans la vie quotidienne,

    encore dépourvus de pouvoirs autres que

    celui de la défiance générale qui marque la

    vie sous les régimes de la peur et accorde à chacun, surtout aux fanatiques celui de nuire. En 1793-1794, à Paris, le jeune Évariste Gamelin, peintre médiocre, vit seul avec sa mère. Il n'est pas l'homme d'action qui accompagnerait bien ses idées et il n'encoure pas le risque par exemple d'un soldat, il est un pâle bureaucrate de l'ordre. Dès les premières pages, France nous le montre inconséquent - n'hésitons pas devant le mot -, par une remarque pleine de bon sens d'un menuisier.

    C’est un jacobin fanatique, devenu juré au Tribunal révolutionnaire. Insensible à toute pitié, il envoie à la guillotine tous ceux qui lui apparaissent comme des traîtres, jusqu’au mari de sa sœur. Autour de lui, pourtant, chacun ne cherche qu’à survivre. Évariste suit son modèle Robespierre à l’échafaud. La trame historique est dense et précise : le livre commence

    exactement le 6 avril 1793 et se termine après Thermidor (juillet 1794). C’est donc un des rares romans (avec les Chouans, de Balzac et Quatrevingt-Treize, d’Hugo) à décrire cette

    période clé du histoire. Mais c’est la grande réussite de l’auteur que d’avoir dépassé cette dimension, et inscrit dans les passions d’une époque terrible des personnages profondément

    - 7 -

    humains. Évariste est effrayant de froideur, mais sa passion de la vertu est douloureuse et triste. C’est un portrait de terroriste fanatique par devoir et par excès de pureté. Tout à l’inverse, Brotteaux des Islettes, ancien noble, est le scepticisme même. Cet épicurien doux sait affronter la mort avec un courage détaché. Les personnages féminins portent en eux l’espoir d’un monde où la froide passion de la pureté s’incline devant la souffrance et l’amour sensuel : ainsi Élodie, amante passionnée d’Évariste dont elle n’ignore pas le caractère monstrueux.

    Justifiant cette danse de la guillotine par le combat contre le complot visant à réduire à néant les acquis de la Révolution, au milieu de la tourmente révolutionnaire qui traverse Paris, assoiffé insatiable de justice, sa voix servira également à assouvir sa propre vengeance et sa propre haine de ceux qui ne pensent pas comme lui. Il finira par le même instrument de justice qui aura servi jusqu’alors à assouvir sa soif de sang et de terreur.

    Le personnage de Maurice Brotteaux est très intéressant. Sans être réactionnaire, cet ancien noble se rend bien compte des problèmes que traverse la Révolution en cette période et trouve ces accusations injustifiées. On peut penser que ce personnage incarne le point de vue de l’auteur.

    Gamelin, fils d'un humble parisien. Mais Anatole France a semé dans l'histoire

    prénatale de son personnage quelques signes funestes : non seulement la rencontre de ses parents a coïncidé avec l'écartèlement de Damiens mais une bousculade sur le Pont-Neuf le jour de l'exécution de Lally a provoqué sa naissance prématurée. Anatole France a en outre doté son héros de quelques bizarreries : sa féminité, par exemple, censée le vouer à une certaine passivité. Dans le couple qu'il formait enfant avec sa sœur, Evariste était la fille. Il restait dans ses jupes, raconte sa mère, tandis que Julie plus audacieuse grimpait aux arbres. A vingt ans, il frappait par sa ? beauté à la fois austère et féminine, les traits d'une minerve ? (p 43). La ? mâle Julie ? au contraire est parfaitement crédible en costume d'homme et se révèlera plus tard être un jules.

     Car Gamelin n'est pas nul. Ce raté porte en lui une œuvre. Dès les premières pages du livre, la chose est clairement établie. Deux tableaux inachevés attirent l'attention dans son atelier. Le premier, monumental et académique, est un Tyran poursuivi aux Enfers par les

    . Il est ridicule voire monstrueux avec ses ? figures inachevées et terribles, plus grandes Furies

    - 8 -

    que nature? et sa ?multitude de serpents verts dardant chacun deux langues aiguës et recourbées?.

     Anatole France brouille les pistes en proposant une explication économique du déclin

    de la peinture sous la Révolution. L'art français a perdu tous ses ?débouchés?. Les collectionneurs qui n'ont pas émigré sont ruinés (comme Brotteaux) et les nouveaux riches, ? acquéreurs de biens nationaux, agioteurs, fournisseurs aux armées, croupiers du Palais-Royal ? n'achètent pas de tableaux.

     Alors à quoi tient son échec ? Est-ce vraiment à son fanatisme révolutionnaire ? Fanatisé, Gamelin ? s'est fait inhumain?, il est devenu un ? monstre ? (c'est le mot de sa mère et de sa sœur).

     Anatole France insiste sur sa froideur, son

    manque d'imagination, son ?irrémédiable

    chasteté? qui lui interdit d'imaginer par exemple

    qu'une femme puisse avoir des désirs sexuels. A

    l'époque où il a conçu et esquissé son tableau, il

    ignore ce qui s'y joue mais du moins a-t-il trouvé

    une ? forme ? pour exprimer ce dont il ne peut être

    conscient : son clivage intérieur, son amour-haine

    incestueux pour sa sœur Julie, dont son amante Elodie / Electre ne sera qu'un substitut.

    Or Oreste consolé par sa sœur est sans doute nourri de cette ignorance (de cette

    innocence), que son statut de juré tout-puissant va lui faire perdre en lui donnant l'occasion ou le moyen de ces transgressions par lesquelles, au lieu de se sublimer, le désir s'exaspère. Les jurés, les juges ?atroces de vertu ou de peur? sont tous des violeurs en puissance. Il y a celui qui abuse effectivement de Julie en lui promettant le salut de son amant mais il y a tous les autres qui rejouent légalement les sadiennes en faisant exécuter les Cent-vingt journées

    condamnées dont la mort prochaine les excite. Et c'est auréolé de sang que le juré Gamelin achève de conquérir Elodie.

     Les deux amants sont désormais unis par une relation vouée à la répétition et au désastre. France évoque crûment ces nuits où ? pressés éperdument l'un contre l'autre, l'amant sanguinaire et la voluptueuse fille se donnaient en silence des baisers furieux ?. Et

    - 9 -

    plus loin : ? inondée [...] d'horreur et de volupté ?, elle ? l'aimait de toute sa chair, et plus il lui apparaissait terrible, cruel, atroce, plus elle le voyait couvert du sang de ses victimes, plus elle avait faim et soif de lui. ?.

     A quoi bon peindre désormais ? Ou plutôt avec quoi ? Gamelin a définitivement

    troqué son art contre des jouissances perverses qui le laissent anéanti. Ce n'est plus l'argent qui lui manque à Gamelin, c'est l'énigme le concernant qui autrefois le poussait à travailler et qui lui avait fait découvrir, dans l'œuvre d'Euripide, cette pièce rare, cette scène peu connue.

     C’est de Gamelin: le peintre des Dieux ont soif .

    Les dieux ont soif est donc une évocation intemporelle du fanatisme, de sa séduction comme de sa puissance de mort. Anatole France, qui en 1912 est une grande figure humaniste et socialiste, comprend l’utopie mais en sait les dangers.

    - 10 -

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com