DOC

CAE Partie de Baoliang.doc

By Leslie Collins,2014-05-19 23:55
7 views 0
CAE Partie de Baoliang.doc

Introduction :

    Bonjour tout le monde!

    Le SMIC a été crée en 1970, pour succéder au SMIG crée en 1950. On voit qu’en France le salaire minimum est quelque chose de très ancien, il occupe dans notre pays une part très importante car en 2011 15% des salariés sont au SMIC. Il s’élève aujourd’hui à 1365? brut par mois, pour 35h de travail

    hebdomadaire. Nous allons aujourd’hui vous parler des inégalités et la pauvreté par rapport au salaire minimum. Afin de répondre à cette question : le salaire minimum est-il efficace pour lutter contre les inégalités et la pauvreté ?

    J’aimerais commencer en présentant la répartition des taches dans notre

    groupe. Notre expose est compose par trois parties. D’abord,Dylan va vous

    introduire la première partie du I : un bilan chiffré sur les inégalités et la pauvreté en France ;puis je ferai la seconde partie du I, je ferai une comparaison entre ce bilan et celui des autres pays. Enfin, Gaylor va vous présenter les impacts de la salaire minimum et la distribution des revenus sur la pauvreté.

    2.1.1.4. La pauvreté est plus fréquente chez les jeunes

    Texte : Le tableau 10 montre que la fréquence de la pauvreté évolue selon l’âge.Les femmes de 18 à 24 ans sont celles qui sont le plus touchées par lapauvreté : 9,9 % des femmes de cette catégorie d’âge sont pauvres contre6,6 % pour l’ensemble de la population féminine tandis que le taux de pauvretédes hommes de 18 à 24 ans est de 9,6 % contre 6 % pour l’ensembledes hommes. Cette situation provient de la conjonction de deux phénomènes: d’une part, l’absence de revenu minimum pour les personnes appurtenantà cette classe d’âge (à moins d’avoir des enfants à charge ou être enceinte)et, d’autre part, leur faible taux d’emploi.

    On remarque que la population la plus touché par la pauvreté, c’est les femmes entre 18et 24 ans à cause de deux phénomènes : l’absence de

    revenu minimum (càd le Revenu de Solidarité Active : RSA) à part si elles sont des enfants à charges ; et leur taux d’emploi est plus faible. La population la

    moins pauvre est les personnes agées entre 65 et 74 ans car elles touchent à la fois la retraite, et ont accumulé des richesses.

     De plus, on remarque que les hommes sont moins touchés par la

    pauvreté que les femmes, car ils sont généralement plus intégré dans le

    monde du travail.

    2.1.1.5. Pauvreté, durée du travail et ? travailleurs pauvres ?

    En France, étant donné le niveau du salaire minimum, c’est la situationface à l’emploi quiexplique le plus la pauvreté. Ainsi, selon les calculs duCERC (2006), quel que soit le nombre d’enfants et compte tenu des diverstransferts et allocations, un ménage disposant d’un SMIC à temps plein surtoute l’année possède un revenu supérieur au seuil de pauvreté (à 50 % durevenu médian). Avec le seuil de 60 % du revenu médian, il faut que lerevenu du ménage se situe au moins à 1,5 SMIC pour qu’il franchisse leseuil de pauvreté.

    La faible durée en emploi explique aussi pour l’essentiel l’existence de? travailleurs pauvres ?. On désigne parces termes des personnes qui travaillent,comme salariés ou indépendants, mais dont les revenus sont cependantinsuffisants pour que les ménages auxquels ils appartiennent franchissentle seuil de pauvreté. Pour l’essentiel, il s’agit de personnes alternantdes périodes de travail et de chômage ou de travail à temps partielfaiblement rémunéré(24).

    En France, la définition précise des travailleurs pauvres se rapporte àdes personnes actives (i.e. en emploi ou au chômage) au moins six moisdans l’année, dont aumoins un mois en emploi, et qui vivent dans un ménagedont le revenu (après transferts) par unité de consommation est inférieurà 50 % du revenu médian(25). Selon cette définition, lapauvreté autravail a plutôt augmenté au cours des trente dernières années, alors que lapauvreté a, elle, sensiblement diminué : le taux de pauvreté global a étédivisé par deux entre1970 et 2002, passant de 12 à 6 %, le taux de pauvretédes salariés ou chômeurs ayant travaillé au moins un mois dans l’année acrû de 3,4 à 5,7 % sur la même période(26). La forte croissance du SMIC surcette même période n’a donc pas empêché la pauvreté au travail d’augmenter

    En France, si un travailleur dispose du SMIC à temps plein sur toute l’année alors il possède un revenu supérieur au taux de pauvreté fixé à 50% du revenu médian, mais en deça de celui à 60%. Donc le salaire minimum n’est lié au

    taux de pauvreté que si l’on prend le taux supérieur.

    Donc les ? working poors ? ou ? travailleurs pauvres ? généralement sont des personnes alternant chômage et emploi ; ou ne travaillent pas toute

    l’année, et donc se retrouve avec un salaire inférieur au SMIC à temps plein.

     Donc malgré une hausse du SMIC au cours des trente dernières années, la pauvreté au travail n’a continué d’augmenter à cause de la précarisation des emplois proposés.

2.1.2. Éléments de comparaison internationale des inégalités

    et de la pauvreté

    2.1.2.1. Inégalités salariales

    La figure 17 reproduit la dispersion des rémunérations salariales annuelles(27) dansl’UE-15. En termes de dispersion globale, mesurée par leratio D9/D1, la Franceressort comme un pays relativement inégalitaire.Elle fait jeu égal avec le Luxembourg (3,4), seule l’Irlande nous dépasseavec un ratio de 3,9. En particulier, le Royaume-Uni et l’Italie

    apparaissentmoins inégalitaires avec un ratio respectif de 3,2 et 2,5. Les pays de l’Europedu

    nord sont les moins inégalitaires. Il est intéressant de noter que lesquatre pays les moins inégalitaires selon le ratio D9/D1, à savoir la Finlande,le Danemark, la Suède et l’Italie, n’ont pas de salaire minimum légal.La figure 17 suggère pour le moins que le salaire minimum ne protégéguère contre les inégalités de salaire.

    Par ailleurs, bien que le ratio SMIC/salaire médian soit en France un desplus élevés de la zone OCDE, la hiérarchie des salaires n’y est pas pluscomprimée en dessous de la médiane

    que dans la plupart des pays de l’UE-15.La figure 17 montre ainsi que la France se situe dans

    une position moyennepour ce qui concerne le ratio D5/D1. Mais on a vu précédemment (figure 14)que cette hiérarchie en dessous de la médiane s’est resserrée en France surles deux

dernières décennies.

    Les inégalités salariales sur le ratio : D9/D1, c’est-à-dire le revenu des 10%

    les plus riches sur ceux des 10% les plus pauvres. La France est classée troisième dans les plus inégalitaires à égalité avec le Luxembourg. Les pays de l’Europe du Nord sont les moins inégalitaires. De plus, il est intéressant de voir que les 4 pays les moins inégalitaires ne disposent pas de salaire minimum. Donc ce graphique montre que le salaire minimum n’est pas

    efficace contre les inégalités. Alors que le ratio SMIC/salaire médian est un des plus élevé au monde, on demeure un pays très inégalitaire. Mais, ce qui nous paraît si inégalitaire est le ratio D9/D5 ; car sur les bas revenus D5/D1 le SMIC permet de relever les bas salaires et donc de réduire les basses inégalités.

    2.1.2.2. Pauvreté

    La figure 18 reproduit les taux de pauvreté en 2005 dans vingt-six paysde l’OCDE. On y voitque

    la France se situe dans une meilleure positionque la moyenne des autres pays. La situation française est intermédiaireentre des pays où le taux de pauvreté est nettement plus faible (pays scandinaves,Autriche, Pays-Bas) et des pays à taux de pauvreté plus élevé(Royaume-Uni, Irlande, Italie, Espagne et États-Unis). Là encore, on peutconstater que la plupart des pays qui n’ont pas de salaire minimum legal(Autriche, Danemark, Suède, Finlande) ont un taux de pauvreté plus faibleque la France. L’Allemagne, qui n’a pas non plus de salaire minimum légal,fait jeu égal avec nous, seule l’Italie nous dépasse.

    Concernant la pauvreté, la France se situe dans une situation

    intermédiaire au sein de l’OCDE, entre les pays nordiques et d’autres pays européens, mais bien en dessous des Etats-Unis

    En comparant ces deux tableaux, on peut voir trois phénomènes :

    -La France est un pays où le taux de pauvreté et les inégalités sont élevés.

    -Les pays de l’Europe du Nord, malgré l’absence du salaire minimum sont

les mieux placés dans les deux cas.

-Le ratio de dispersion des rémunérations est généralement lié au taux de

pauvreté.

Report this document

For any questions or suggestions please email
cust-service@docsford.com